Accueil » Communiqués de presse » CANARIE AMÈNE DES ÉTUDIANTS AU FOND DE L’OCÉAN

CANARIE AMÈNE DES ÉTUDIANTS AU FOND DE L’OCÉAN

Posted
on 28 February, 2012

Un portail Web financé par CANARIE permet aux étudiants d’observer le plancher océanique en direct grâce à des caméras et à compulser des données scientifiques en temps réel


[Ottawa (Ontario) | le 28 février 2012] CANARIE, le réseau évolué de recherche et d’innovation du Canada, a répandu aujourd’hui la nouvelle que les étudiants – et la population, en général – peuvent s’enfoncer des centaines, voire des milliers de mètres sous l’eau, dans l’océan Pacifique, au moyen d’un portail Web d’une grande complexité technique qui affiche la magie de la vie sous-marine sur l’écran de leur ordinateur.

Océans 2.0 est une plateforme Web financée par CANARIE permettant aux observateurs, parmi lesquels des scientifiques et des étudiants, d’accéder aux données historiques ou en temps réel glanées par une vaste chapelet d’instruments déposés au fond de la mer. Les données de ces appareils, qui font partie des réseaux sous-marins VENUS et NEPTUNE Canada, sont relayées par BCNET, le réseau évolué de la Colombie-Britannique, et par CANARIE, son pendant national.

CANARIE exploite le réseau à ultra haute vitesse du Canada, des milliers de fois plus rapide que l’Internet commercial. Grâce à lui, les universités, les collèges, les hôpitaux universitaires, les laboratoires gouvernementaux et les installations de recherche du secteur privé peuvent entreprendre des recherches et aboutir à des découvertes de calibre mondial. Le réseau est également raccordé à un grand nombre d’écoles primaires et secondaires. Parallèlement, CANARIE finance la création de logiciels qui, à l’instar de la plateforme Océans 2.0, autorisent un meilleur accès aux données et aux instruments de recherche.

Les plus récents appareils ajoutés au réseau ont été posés au fond de l’océan, près du campus du collège Brentwood, à Mill Bay (C.-B.). Ces instruments font partie de la série de nœuds du réseau VENUS, émaillés entre le passage de Saanich et le détroit de Georgie. Un jeu de nœuds similaire forme le réseau NEPTUNE, qui procure des relevés sismologiques, au large de la côte ouest de l’île de Vancouver. Tous deux composent l’observatoire Ocean Networks Canada (ONC), dirigé par l’Université de Victoria. Les étudiants du collège Brentwood ont reçu une formation pratique des chercheurs attachés au projet.

« N’importe qui sur le globe pourra, comme les étudiants du collège Brentwood, accéder à ces informations et les analyser. Une caméra commandée par certains utilisateurs, notamment des enseignants du collège, rendra l’expérience considérablement plus enrichissante », a souligné David McCarthy, directeur des études au collège Brentwood. « Face aux menaces de toute sorte qui planent sur l’océan, mieux connaître ce qui se trouve sous la surface de la mer et interagir davantage avec lui est peut-être ce dont nous avons besoin pour sensibiliser les gens davantage aux problèmes environnementaux qu’il faut résoudre de toute urgence. »

Une partie des données scientifiques recueillies grâce aux appareils sous-marins est archivée puis intégrée au site Web éducatif d’externalisation ouverte « Digital Fishers », avec lequel les observateurs peuvent « étiqueter » les organismes qu’ils identifient sur les clips vidéo. Dans un environnement ludique, l’utilisateur franchit différents niveaux, récoltant des points et des récompenses tout en approfondissant sa connaissance des espèces sous-marines et de leurs interactions.

« Offrir aux étudiants et aux citoyens un accès en temps réel aux données scientifiques est une autre façon d’élargir la portée de CANARIE et de faire fructifier les sommes investies dans cette infrastructure numérique indispensable », affirme Jim Roche, président et chef de direction de CANARIE.

Le réseau et le financement de CANARIE ajoutent du poids aux sommes que le gouvernement injecte dans les observatoires océaniques VENUS et NEPTUNE en étendant énormément l’accès aux données qui aident les chercheurs à mieux comprendre et protéger les océans.

« En appuyant cette initiative, CANARIE enrichit les investissements préalables, déjà d’une valeur inestimable, dans Ocean Networks Canada. Il y a de quoi être passionné, car la puissance transformatrice de la technologie océanique développée par VENUS et NEPTUNE Canada est désormais à portée de main des élèves, en classe, ce qui enrichira les connaissances d’une toute nouvelle génération sur les océans », estime Martin Taylor, président et directeur général d’Ocean Networks Canada.

CANARIE reçoit des fonds du gouvernement canadien par tranches de cinq ans. L’organisme s’efforce présentement d’obtenir le renouvellement de son mandat avec le budget de 2012. La section de son site Web qui y est consacrée donne plus de précisions sur la proposition élaborée par CANARIE. Les intervenants qui souhaitent envoyer des messages de soutien aux décideurs du gouvernement qui étudient la reconduction du mandat de l’organisme y trouveront également de l’information et des outils qui leur faciliteront la tâche.

Jim Roche, président et chef de direction de CANARIE, est depuis peu membre du conseil d’administration d’Ocean Networks Canada.

Visitez le site Web de NEPTUNE pour savoir comment observer le plancher de l’océan.

– 30 –

Renseignements

Wynn Anne Sibbald
Gestionnaire des communications
CANARIE
(613) 943-5432
WynnAnne.Sibbald@canarie.ca

À propos de CANARIE

CANARIE inc. est le réseau évolué de la recherche et de l’innovation du Canada. Créé en 1993, CANARIE exploite un réseau ultra rapide qui facilite la recherche de pointe et les grands projets scientifiques entrepris partout au Canada et ailleurs dans le monde. Un million de chercheurs, de scientifiques et d’étudiants dans plus de 1 100 institutions canadiennes incluant des universités, des collèges, des instituts de recherche, des hôpitaux et des laboratoires gouvernementaux y ont accès. Avec le concours des 12 réseaux évolués provinciaux et territoriaux qui sont ses partenaires, CANARIE permet aux chercheurs de partager et d’analyser une quantité colossale de données, comme des modèles climatiques, des images transmises par satellite et des séquences d’ADN, ce qui pourrait déboucher sur des découvertes révolutionnaires. CANARIE est une société sans but lucratif financée par les cotisations de ses membres. Ses programmes et activités bénéficient d’une importante aide financière du gouvernement du Canada.

CANARIE maintient le Canada à la fine pointe de la recherche et de l’innovation dans le numérique, pavant la voie à une économie numérique vigoureuse. Pour en savoir plus, on visitera le site www.canarie.ca

Suivez-nous sur Facebook et LinkedIn en cherchant CANARIE inc.

Sur Twitter, chercher CANARIE_Inc.