Démonstration du premier lien intercontinental de 100 Gbps au monde pour la recherche et l’éducation au colloque de réseautique TERENA, aux Pays-Bas

Des chefs de file habilitent les applications transformatrices qui feront progresser la recherche et l’éducation, et prospérer l’économie mondiale

Maastricht (Pays-Bas), le 3 juin 2013 – Six des principaux réseaux de la recherche et de l’éducation (R-E) de la planète et deux de leurs partenaires commerciaux ont illustré pour la première fois aujourd’hui une connexion transatlantique de 100 gigabits par seconde (Gbps, soit un milliard de bits à la seconde) pour la recherche et l’éducation. La transmission a été établie entre l’Amérique du Nord et l’Europe lors du colloque TERENA sur la réseautique de 2013 (TNC2013), qui se déroulait à Maastricht, aux Pays-Bas. Les démonstrations ont mis en relief des technologies émergentes et des applications évoluées destinées à la science, à la recherche et à l’éducation.

La connexion de 100 Gbps, baptisée « réseau pilote évolué 100G de l’Atlantique Nord », servira à créer et à tester le nouveau lien de transmission, mais aussi des applications, des ressources, des méthodes de surveillance et des technologies de pointe comme les réseaux réalisés par logiciels (SDN). Les essais mettront à contribution un maximum de quatre centres optiques ouverts, parmi lesquels MAN LAN, à New York, et NetherLight, à Amsterdam. Ils se poursuivront pendant au moins 12 mois après le colloque et permettront de préciser les contraintes opérationnelles associées à une exploitation efficace des longueurs d’onde de 100 Gbps entre l’Amérique du Nord et l’Europe, en vue de répondre à la demande grandissante des organisations de recherche.

« Cet exploit montre que les réseaux de recherche et d’éducation demeurent à l’avant-scène de l’innovation et autorisent les recherches les plus pointues dans les universités et les institutions du monde entier », a déclaré Erwin Bleumink, directeur exécutif de SURFnet – organisateur local de TNC2013. « Une telle réalisation aura aussi un impact hors du milieu universitaire, car elle concourra à stimuler l’économie mondiale. »

Les réseaux R-E qui participent au projet sont Internet2, NORDUnet, ESnet, SURFnet, CANARIE et GÉANT. Ciena (NASDAQ : CIEN) appuie également le projet pilote ANA-100G. en procurant l’équipement photonique, dont la toute nouvelle version sous-marine de son transpondeur WaveLogic 3 de 100 Gbps. Par ailleurs, la société Juniper a prêté le matériel qui a rendu possibles quelques-unes des démonstrations saisissantes. Les chefs de file avaient dévoilé leurs intentions au sujet du projet pilote à la récente assemblée générale annuelle d’Internet21.

Au nombre des démonstrations de la connexion intercontinentale de 100 Gbps figuraient les suivantes : le transfert de volumineuses masses de données entre Maastricht et Chicago (Illinois), en l’espace de quelques minutes au lieu des nombreuses heures qui auraient été requises sur l’Internet public; la première démonstration européenne de « ExoGENI à
l’œuvre », entre l’Université d’ Amsterdam et le Renaissance Computing Institute de Caroline du Nord, et « Combien de serveurs peut accueillir un circuit transatlantique de 100 Gbps? »

ExoGENI est un banc d’essai pour les technologies de réseautique et d’infonuagique financé dans le cadre du projet Global Environment for Network Innovation (GENI) de la National Science Foundation. Il a pour but le développement et le déploiement de plateformes intégrées pour les réseaux. Les démonstrations portaient aussi sur le recours au routage multivoies de l’information sur les réseaux, sur la technologie des réseaux réalisés par logiciels OpenFlow et sur d’autres applications technologiques évoluées. Dans le cadre de la démonstration « Combien de serveurs peut accueillir un circuit transatlantique de 100 Gbps? », des experts ont montré qu’avec des réglages et les instruments appropriés, deux hôtes sur chaque continent seulement peuvent augmenter le débit du trafic à près de 80 Gbps. iperf3, le nouveau dispositif bêta de mesure de la vitesse de traitement de ESnet,
combine les meilleures fonctions d’autres outils tels iperf, nuttcp et netperf.

Ce premier lien transatlantique de 100 Gbps pour la recherche et l’éducation fera progresser des projets haut de gamme comme les expériences poursuivies au Grand collisionneur de hadrons, en Suisse, au réacteur à fusion nucléaire ITER, en France, ainsi que dans des programmes internationaux similaires. La connexion transatlantique de 100 Gbps reflète deux tendances de la recherche scientifique : celle que la science fait de plus en plus appel aux jeux de données d’expériences de grande envergure du niveau du téraoctet, et celle que les expériences de ce genre adoptent de plus en plus la forme de collaborations internationales en vertu desquelles des chercheurs du monde entier s’attendent à accéder sans délai aux données.

Le fonctionnement de cette connexion transatlantique ultrarapide illustre aussi comment l’étroite collaboration entre les réseaux R-E et le secteur commercial poursuit son évolution, avec le déploiement continu de technologies de pointe en réseautique autorisant des découvertes et des travaux de recherche révolutionnaires, articulés sur la coopération internationale.

Citations

H. David Lambert, président et directeur général d’Internet2. « Sans les efforts hors du commun d’une vaste équipe de personnes émanant de dix organisations et travaillant dans neuf fuseaux horaires, une telle percée dans le milieu R-E n’aurait jamais vu le jour. L’inauguration de cette nouvelle connexion à fort débit pour les réseaux R-E cadre bien avec le thème du colloque TERENA sur la réseautique de cette année qui est “Innovons ensemble”. »

Rene Buch, directeur exécutif de NORDUnet. « La collaboration ANA-100G montre ce qu’il est possible de réaliser avec un partenariat public-privé et ce qu’une organisation n’aurait pu accomplir si elle avait fait cavalier seul, surtout dans le court laps de temps qu’il a fallu pour mettre en place et faire fonctionner cette première connexion intercontinentale de
100 Gbps. »

Greg Bell, directeur d’ESnet, du ministère américain de l’Énergie. « Cet exploit montre ce que les réseaux de la recherche et de l’éducation peuvent accomplir ensemble quand ils visent un but commun. Je suis persuadé que ce projet historique servira d’inspiration à des prouesses encore plus grandes dans l’avenir. »

Matthew Scott et Niels Hersoug, directeurs généraux conjoints de DANTE, pour GÉANT. « Puisque la collaboration se mondialise de plus en plus dans les secteurs de la recherche et de l’éducation, et que l’échange de données à travers l’Atlantique augmente de manière exponentielle, maintenir de multiples connexions de 10 Gbps s’avère insoutenable sur le plan opérationnel. C’est pourquoi nous applaudissons cette réalisation exceptionnelle au nom des RNRE qui sont nos partenaires et de leurs utilisateurs, et attendons avec impatience la concrétisation des économies d’échelles et de la connectivité internationale invisible que permettront les nouvelles collaborations entre les réseaux de la recherche et de l’éducation. »

Jim Roche, président et chef de direction de CANARIE. « Avec ce projet, les réseaux de la recherche et de l’éducation entrent dans une nouvelle ère. Tout en ignorant exactement ce que l’avenir nous réserve, nous savons que cette connexion transatlantique ouvre la porte à d’extraordinaires possibilités pour les secteurs de l’innovation et de la recherche en affranchissant ceux-ci de la contrainte de la largeur de bande. »

Rodney Wilson, directeur principal de la recherche extérieure chez Ciena. « Le milieu de la recherche et de l’éducation compte sur les technologies de communication ultra pointues pour collaborer partout sur la planète et faire progresser la science. Le déploiement du WaveLogic 3 100G à travers l’Atlantique illustre l’utilité de la technologie pionnière
développée par Ciena et la façon dont l’entreprise peut optimiser l’interconnexion des points de présence des réseaux R-E avec des solutions sous-marines et terrestres. Nous sommes fiers de contribuer à cette expansion de la connectivité des réseaux qui prélude à l’élaboration de nouvelles applications et architectures pour la recherche. »

On n’aurait pu rêver mieux que le TNC2013 pour illustrer la connexion ultrarapide, car ce colloque est le plus important et le plus prestigieux d’Europe sur la recherche en réseautique. Il rassemble au-delà de 600 participants, parmi lesquels des décideurs, des spécialistes des réseaux et des gestionnaires de toutes les grandes organisations de recherche et de réseautique d’Europe, ainsi que des représentants des universités, d’institutions analogues
de quatre coins de la planète et de l’industrie.

Pour en apprendre davantage sur ces chefs de file internationaux, on visitera leur site Web.

Internet2 : www.internet2.edu
NORDUnet : www.nordu.net
ESnet : www.es.net SURFnet : ou www.surfnet.nl/en
CANARIE : www.canarie.ca
GÉANT : www.geant.net
Ciena : www.ciena.com
Juniper Networks : www.juniper.net

Renseignements (médias)

SURFnet, Lonneke Walk, +31 302305305 (Pays-Bas) ou Lonneke.Walk@surfnet.nl

Internet2, Todd Sedmak, +1 202-331-5373 (É.-U.) ou todd@internet2.edu

ESnet, Jon Bashor, +1 510-486-5849 (É.-U.) ou jbashor@lbl.gov

CANARIE, Wynn Anne Sibbald, +1 613-943-5432 (Canada) ou Wynnanne.sibbald@canarie.ca

1 Lire http://www.internet2.edu/news/pr/2013.04.24.first-100G-transcontinental-transmission- rande-link.html (en anglais seulement)

GÉANT/DANTE, Paul Maurice, +44 1223 371362 (R.-U.) ou paul.maurice@dante.net NORDUnet, Rene Buch, +45-31-19-1400 (Danemark) ou rene.buch@nordu.net Ciena, Paula Muezerie, +44 2070 125640 (R.-U.) ou pmuezeri@ciena.com
###