Accueil » Gestion des données de recherche » Consultation de la collectivité » FAQ

FAQ

Qui devrait répondre?

+ Tout le monde peut-il participer à la consultation?
Oui. Nous encourageons tous ceux qui, au Canada, connaissent les logiciels facilitant la gestion des données émanant des recherches financées par les organismes publics ou s’intéressant au dossier de soumettre une réponse.
+ Des personnes/institutions peuvent-elles se regrouper pour rédiger une réponse?
Absolument. Vous pouvez mentionner d’autres organisations dans le corps du texte ou ajouter leurs adresses électroniques à la soumission.
+ La consultation se restreint-elle restreinte aux chercheurs attachés à un établissement d’enseignement supérieur ou au gouvernement?
Non. Quiconque s’intéresse aux données de recherche (à savoir, organismes de financement, producteurs et utilisateurs des données, organisations de soutien) est encouragé à participer à l’exercice.
+ Un organisme sans but lucratif des États-Unis pourrait-il s’associer à une organisation ou à une institution canadienne pour soumettre une réponse?
Oui, mais uniquement si c’est l’institution canadienne qui présente la réponse. Les autres partenaires peuvent être cités dans le texte ou être énumérés à la fin de la présentation, dans la liste des personnes à mettre en copie conforme.

Soumettre une réponse

+ Puis-je envoyer ma réponse par courriel?
Non. Vous devez vous passer par le service SurveyMonkey Apply. Si vous avez du mal à utiliser le système, contactez rdm@canarie.ca.

Domaines d’intérêt en recherche

+ À quels domaines de recherche s’intéresse-t-on?
À tous. Les lacunes pourraient s’appliquer à un seul domaine, à un grand nombre ou à l’ensemble des disciplines scientifiques.
+ Le suivi de l’utilisation est-il un aspect important, en regard des articles et des jeux de données qu’on modifie ou retranche, par exemple?
Oui. Suivre la création et l’évolution des réalisations scientifiques (à savoir, articles et jeux de données) joue un rôle important dans l’écosystème de la GDR, qu’il s’agisse de consigner la provenance des résultats ou de veiller à ce que les liens entre les différentes versions d’un même produit ou de produits similaires soient préservés, et d’une foule d’autres activités connexes.
+ Le fait qu’on s’attache surtout aux services de données nationaux signifie-t-il qu’on s’intéressera moins aux logiciels d’importance internationale?
Non. Le principal aspect en ce qui concerne les services de données nationaux a trait à la mise en place de services pouvant fonctionner à l’échelon national, dans une discipline ou plusieurs. La collaboration étant de mise en recherche, tant sur le plan national qu’international, un logiciel qui intègre des normes de GDR internationales ou qui reflète les besoins du milieu de la recherche au niveau international ne sera pas moins favorisé qu’un autre.

Documentation

+ Quand on parle de données, s’agit-il de n’importe quel genre de données (numériques, textuelles, audio, vidéo, etc.)?
Oui. Nous nous intéressons aux données de toute nature produites lors des recherches. Pour faire la distinction entre donnée et donnée de recherche, on consultera la terminologie établie par le CASRAI (en anglais).
+ Y a-t-il d’autres documents outre ceux disponibles sur le site Web de CANARIE dont il faudrait tenir compte avant de remettre une réponse?
La Déclaration de principes des trois organismes sur la gestion des données numériques et la Déclaration de principes de Données de recherche Canada ont également leur utilité.

Description des « lacunes et possibilités »

+ Pourquoi parler de « lacunes et possibilités »?
CANARIE souhaite financer l’élaboration de logiciels qui, d’une part, amélioreront les pratiques exemplaires en GDR en comblant les lacunes existantes et, d’autre part, ouvriront la porte à des solutions avant-gardistes.
+ Devrait-on exposer en détail les projets susceptibles de combler les lacunes identifiées?
Dans la mesure du possible. Bien que la chose ne soit pas requise, illustrer les solutions éventuelles ou existantes aux problèmes indiqués par des exemples aidera les évaluateurs à mieux saisir comment combler les lacunes.
+ CANARIE ne s’intéresse-t-il qu’aux lacunes qu’on pourrait combler et aux possibilités qu’on pourrait exploiter par le développement ou l’amélioration de logiciels et de plateformes?
Non. À cette étape de la consultation, la collectivité a l’occasion de signaler toutes les lacunes et possibilités existantes, auxquelles on pourrait donner suite grâce à des services humains ou automatisés. Vos commentaires sont précieux et permettront de mieux étayer les décisions qui détermineront les projets qu’on financera. Cela dit, l’appel à projets ne porte que sur le développement de logiciels de GDR.

Consultation communautaire et appel à projets

+ Les réponses serviront-elles à déterminer les projets qui seront financés?
Non. La consultation n’a d’autre but qu’établir les secteurs qui bénéficieront d’un soutien en priorité. Les demandes de financement seront examinées séparément.
+ Les lacunes ou les possibilités signalées lors de la consultation seront-elles explicitement identifiées dans l’appel à projets?
Le Comité consultatif de la GDR prendra connaissance des commentaires formulés par la collectivité et établira les aspects prioritaires de la gestion des données de recherche d’après les résultats de la consultation. Ce sont sur ces aspects prioritaires que devront se concentrer les projets qu’on souhaite financer. Les lacunes et les possibilités identifiées par la collectivité lors de la consultation ne seront donc pas toutes nécessairement abordées lors de l’appel à projets.
+ La collectivité pourra-t-elle prendre connaissance des résultats de la consultation?
Dès que les commentaires auront été réunis et que le Comité consultatif de la GDR aura établi les aspects prioritaires, CANARIE signalera les priorités en question à la collectivité au moyen de son appel à projets.
+ Répondre à la consultation confèrera-t-il un avantage lorsque l’appel à projets sera lancé?
Non. Répondre à la consultation n’avantagera personne. Cependant, CANARIE souhaite entendre le plus grand nombre de points de vue possible et encourage chacun à participer à l’exercice. Les priorités qui ne sont pas signalées dans le cadre de la consultation ne feront pas partie de l’appel à projets.
+ Les réponses soumises dans le cadre de la consultation seront-elles explicitement identifiées dans l’appel à projets, de telle sorte que d’autres groupes pourront envisager de présenter un projet?
Pas entièrement. Une fois que le Comité consultatif de la GDR aura achevé son travail et que l’appel à projets aura été lancé, on diffusera la totalité des points soulevés lors de la consultation. Les organisations ou personnes qui aimeraient soumettre un projet pour combler une lacune pourront le faire. Les documents de l’appel à projets ne donneront pas de détails spécifiques sur les réponses soumises lors de la consultation (c.-à-d. la description des solutions éventuelles).

Comité consultatif de la GDR

+ Qui fait partie du Comité consultatif de la GDR de CANARIE?
Ce comité compte des membres des universités canadiennes (bureau du bibliothécaire de l’université, vice-président de la recherche, dirigeant des technologies de l’information), de Portage de l’ABRC, de Calcul Canada, du CRSH, du gouvernement fédéral et du milieu international de la gestion des données. Quatre personnes représentent CANARIE et le Comité est présidé par Mark Wolff, directeur de la technologie de l’organisme.

Enregistrement de la consultation publique

Diapositives téléchargeables