Accueil » Gestion des données de recherche » Institutions de recherche

Institutions de recherche

Le programme Gestion des données de recherche soutient financièrement le développement de composants et d’outils informatiques qui permettront aux chercheurs d’adopter des pratiques exemplaires en GDR et d’épouser les politiques connexes. Un usage généralisé de ces outils concourra à la réalisation des objectifs en GDR des institutions, en faisant en sorte que les activités des chercheurs s’harmonisent avec les normes nationales et internationales, ce qui facilitera un vaste partage des données entre institutions.


Qu’est-ce que la gestion des données de recherche (GDR)?

La GDR est une expression qui englobe la création de données dans le cadre d’un projet quelconque, leur stockage, leur consultation et leur préservation. Les pratiques en la matière couvrent la vie entière des données, de la planification des recherches à l’exécution du projet, mais aussi de la sauvegarde des données lors de leur genèse à leur exploitation, et à la préservation à long terme des résultats, une fois la recherche terminée.

Voici une liste des aspects associés à la gestion des données scientifiques :

  • conventions relatives à la nomenclature des fichiers;
  • contrôle et assurance de la qualité des données;
  • accès aux données;
  • documentation sur les données (y compris degré d’incertitude);
  • création de métadonnées et terminologie établie;
  • stockage des données;
  • archivage et préservation;
  • partage et réutilisation des données;
  • intégrité des données;
  • protection des données;
  • protection des renseignements personnels;
  • droits d’auteur;
  • protocoles relatifs aux carnets de notes (en laboratoire et sur le terrain)*.

Qu’apportera une GDR efficace aux institutions de recherche?

La meilleure façon de dispenser des services de GDR durables aux chercheurs consiste à collaborer pour mettre en commun les multiples aptitudes et ressources existantes. Localement, pareille collaboration s’effectuera grâce à la réunion des trois organes (ou leur équivalent) les plus intimement associés aux services et aux ressources voués à la recherche, à savoir la bibliothèque scientifique et ses bibliothécaires, le bureau du dirigeant principal de l’information et de l’informatique scientifique, et le bureau du vice-président de la recherche, avec les services et les comités d’examen qui s’y greffent.

Cet effort local sera amplifié par une collaboration de nature provinciale et nationale, mais aussi par les initiatives réalisées au niveau international et les plus vastes communautés de praticiens. Quelle que soit leur taille, les institutions bénéficieront toutes de l’orchestration de ces efforts, car ainsi, les chercheurs seront mieux épaulés et il sera plus facile de faire fructifier les sommes que les intervenants injectent dans l’écosystème.

De quelle manière le programme GDR de CANARIE vient-il en aide aux institutions de recherche?

À la fin du printemps 2018, CANARIE devrait lancer un appel à projets afin de financer le développement de logiciels et d’outils pour la GDR ainsi que de faciliter l’adoption de pratiques exemplaires en la matière par les chercheurs. En janvier 2018, CANARIE avait annoncé qu’il consulterait la profession pour l’aider à établir les priorités de l’initiative de financement (ces consultations sont terminées). CANARIE remercie les membres de la communauté GDR d’avoir participé en si grand nombre à l’exercice. Les commentaires recueillis feront en sorte que l’appel à projets se concentrera sur les priorités identifiées par la profession.

Pour ne pas rater le lancement de l’appel à projets, abonnez-vous au bulletin d’information de CANARIE.