Le réseau CANARIE appuiera un projet de collaboration universitaire-industrielle visant l’élaboration de solutions du 21e siècle pour la sécurité publique

CANARIE s’associe à l’Université de Regina et à SRnet pour piloter la création d’applications sur large bande interopérables en sécurité publique

CANARIE, un des piliers de l’infrastructure numérique canadienne qui sous-tend la recherche, l’éducation et l’innovation au pays, a dévoilé aujourd’hui un partenariat qui facilitera le développement d’une robuste trousse numérique et d’un jeu de processus en mesure de rehausser les capacités des premiers intervenants et du secteur de la sécurité publique.

MANCHETTE

De concert avec SRnet, le réseau de recherche et d’éducation de la Saskatchewan, et le Canadian Centre for Public Safety and First Responders (CCPSFR) de l’Université de Regina, CANARIE créera un pôle de collaboration rassemblant des chercheurs universitaires, des réseaux de pointe, des entreprises de haute technologie et des groupes d’intervenants en vue d’engendrer la masse critique en recherche de pointe et en technologie, ainsi que les cours et la formation spécialisés, avec lesquels on répondra aux besoins des forces policières et du secteur de la sécurité publique au Canada, et on les aidera à surmonter leurs difficultés actuelles.

Grâce aux importants progrès réalisés au niveau des communications mobiles sur large bande, des téléphones intelligents, des médias sociaux, de l’infonuagique et de l’analyse des données, on pourrait mieux discerner les situations problématiques, partager l’information et coordonner les organismes de sécurité publique durant leurs opérations quotidiennes ou les crises. Pour profiter du pouvoir transformateur de ces technologies cependant, il est crucial qu’on unisse les efforts sur les plans de la régie, des politiques et des technologies numériques, et qu’on façonne de façon proactive la sécurité publique du 21siècle. L’intégration éventuelle des communications vocales, visuelles et numériques tant des services de sécurité publique que de la population, en général, posera aussi un énorme problème sur le plan des données, problème qui sera malaisé à résoudre, car on devra gérer et exploiter une quantité colossale d’informations non structurées en temps réel.

Le CCPSFR mettra sur pied un centre national qui facilitera le développement et l’essai de nouvelles technologies, et validera les procédures opérationnelles en prévision de l’attribution prochaine, par Industrie Canada, d’une partie du spectre (à la fréquence de 700 Mhz) à l’élaboration d’un réseau national de sécurité publique sur large bande.

CANARIE et SRnet procureront les services sous-jacents de réseau optique à haute vitesse qui autoriseront une vaste collaboration et l’aménagement d’un puissant banc d’essai sur réseau en vue d’appuyer les efforts déployés dans le cadre du projet du CCPSFR.

Par de telles initiatives, on entend trouver une solution à un problème qui persiste depuis longtemps concernant l’interopérabilité des communications en sécurité publique. Ce faisant, on aboutira à une coordination plus étroite des interventions des premiers répondants, aux échelons local, provincial et national.

CITATIONS

« Ce n’est pas la première fois que CANARIE appuie un projet qui tire parti de son réseau pour élaborer des approches avant-gardistes à la sécurité publique », a déclaré Jim Roche, président et chef de direction de l’organisme. « L’aide que nous avons apportée au développement de deux plateformes qui modélisent et suivent, d’une part la réponse aux cataclysmes et, d’autre part, les systèmes de transport intelligents, illustre à merveille comment les capteurs évolués et les algorithmes des logiciels intelligents employés sur les réseaux ultrarapides peuvent créer une infrastructure numérique complexe avec laquelle les chercheurs résoudront les problèmes épineux qui tracassent les Canadiens. Par ailleurs, le programme ATIR de CANARIE donne aux PME la chance de participer à cette nouvelle initiative en mettant au point des solutions d’infonuagique spécialement destinées aux premiers intervenants. Un tel partenariat élargit la participation de CANARIE à la recherche de pointe et au déploiement d’outils pratiques en mesure de rehausser les capacités des premiers intervenants et du secteur de la sécurité publique. »

« Fournir un réseau optique évolué ultrarapide et connecter les chercheurs, les éducateurs et les innovateurs au niveau régional, national et international¸ voilà ce qui fait de SRnet un élément indispensable de l’infrastructure de l’innovation en Saskatchewan », a affirmé Colin Campbell, président de Saskatchewan Research Network inc. « En collaborant avec le Canadian Centre for Public Safety and First Responders (CCPSFR) de l’Université de Regina et CANARIE, ainsi qu’avec les nombreux chercheurs, développeurs, représentants de l’industrie et organismes de premiers secours que l’initiative mettra à contribution, nous aurons une occasion fantastique d’élargir nos talents ainsi que de nous adapter aux nouvelles technologies numériques et aux liens en train de voir le jour en recherche-développement et dans les applications en sécurité publique au Canada. »

« Il importe de plus en plus que les premiers répondants disposent des technologies les plus pointues pour effectuer leur travail aussi efficacement que possible », a convenu Vianne Timmons, présidente et vice-rectrice de l’Université de Regina. « Pour cette raison, je suis très heureuse que le Canadian Centre for Public Safety and First Responders de l’université s’associe à CANARIE et à SRnet afin d’assumer un rôle de chef de file capital en explorant de nouvelles possibilités technologiques, en dispensant la formation pertinente et en soutenant les premiers répondants, cela afin d’améliorer la sécurité publique dans les années à venir. »

Renseignements

Kathryn Anthonisen
Vice-présidente, relations extérieures
CANARIE
(613) 943-5374
Kathryn.Anthonisen@canarie.ca

Colin Campbell
Président
SRnet
(306) 790-7589
Colin.Campbell@srnet.ca

Steve Palmer

Directeur exécutif

Canadian Centre for Public Safety & First Responders
Université de Regina

(306) 535-8365

Steve.Palmer@uregina.ca

 

À propos de CANARIE

CANARIE inc. conçoit et déploie l’infrastructure numérique des milieux canadiens de la recherche et de l’éducation, et en pilote l’adoption. Grâce à CANARIE, le Canada demeure à la fine pointe de la recherche et de l’innovation dans le numérique, ce qui garantit la vigueur de son économie numérique.

CANARIE a ses racines dans les réseaux de pointe et l’organisme continue de voir à l’évolution du réseau national ultrarapide qui autorise les travaux de recherche très pointus faisant un usage massif des données ainsi que les méga projets en science poursuivis au Canada et ailleurs dans le monde. Un million de chercheurs et d’étudiants dans plus de 1 100 institutions canadiennes incluant des universités, des collèges, des instituts de recherche, des hôpitaux et des laboratoires gouvernementaux ont accès au réseau CANARIE.

CANARIE veille aussi au développement de logiciels de recherche avec lesquels les scientifiques accèdent plus vite et plus facilement aux données expérimentales, à leurs instruments et à leurs homologues. Enfin, CANARIE dispense des services d’infonuagique aux chefs des entreprises de haute technologie du Canada pour les aider à raccourcir le développement de leurs produits et ainsi devancer leurs concurrents sur le marché.

CANARIE et ses douze réseaux provinciaux et territoriaux partenaires forment l’alliance des réseaux évolués du Canada. Grâce à cette puissante infrastructure numérique, les chercheurs et les innovateurs du pays disposent d’une connexion provinciale, nationale et mondiale leur donnant accès aux données, aux outils, aux collègues et aux salles de classe qui forgent l’économie numérique et en assurent la prospérité.

Fondé en 1993, CANARIE est une société sans but lucratif dont les programmes et les activités bénéficient d’une importante aide financière du gouvernement du Canada.

 

À propos de SRnet

Saskatchewan Research Network inc. (SRnet) est un réseau de recherche et d’éducation sans but lucratif. Grâce à lui, les institutions et les entreprises de la Saskatchewan ont accès à un réseau ultrarapide dédié qu’elles utilisent pour leurs recherches et l’enseignement.

Un trait d’union entre la Saskatchewan et la planète! SRnet est le seul réseau de recherche et d’éducation (R-E) de la province et l’unique moyen, pour la Saskatchewan, d’accéder aux réseaux R-E évolués du reste du pays et de l’étranger (partout sur le globe). En cela, SRnet est unique et diffère des autres réseaux de la province. Les réseaux évolués sont rapides, certes, mais ils sont aussi bâtis pour assurer le transport massif des données comme le font habituellement les réseaux R-E. Parallèlement, la sécurité y est très grande. L’utilisation de notre réseau par l’Agence spatiale canadienne, la station spatiale internationale et l’Agence spatiale européenne atteste à nos membres l’extrême sécurité du réseau.

SRnet fait partie de l’alliance des réseaux évolués du Canada et, à ce titre, permet aux organisations de la Saskatchewan d’accéder au réseau de recherche national CANARIE grâce à ses points de présence (PoP) à l’Université de Regina et à l’Université de la Saskatchewan. Le réseau fédérateur de CANARIE réunit les douze réseaux optiques régionaux évolués du Canada, qui connectent les institutions de recherche, les universités, des appareils scientifiques, des établissements d’enseignement, des hôpitaux universitaires et de recherche, et des installations de recherche privées partout au Canada et dans une centaine d’autres pays.

L’objectif de SRnet est de réduire les risques et les coûts associés aux communications ultrarapides sur large bande qu’utilisent les chercheurs et les éducateurs, ainsi que de mettre à la disposition de ces derniers une infrastructure de pointe, robuste et peu onéreuse, qui les incitera à réaliser des découvertes et à innover. SRnet fait partie intégrante de l’infrastructure de l’innovation de la Saskatchewan.

À propos de l’Université de Regina

L’Université de Regina est une université polyvalente de taille moyenne inaugurée en 1974. Ses origines remontent à la fondation du Collège de Regina, en 1911. L’université compte plus de 13 000 étudiants et dispense des cours spécialisés dans divers domaines comme l’ingénierie des systèmes pétroliers, les politiques publiques à la Johnson-Shoyama Graduate School of Public Policy, le journalisme, les études policières et l’éducation. Un programme de travail coopératif y est en