Jonathan Kelly (Ph. D.)

kamkarJonathan Kelly (Ph. D.)

Directeur, laboratoire STARS sur les systèmes robotiques autonomes spatiaux et terrestres et professeur à l’Institute for Aerospace Studies (UTIAS), Université de Toronto

Jonathan Kelly est l’adjoint du doyen à l’Institute for Aerospace Studies de l’Université de Toronto (UTIAS) et directeur du laboratoire STARS sur les systèmes robotiques autonomes spatiaux et terrestres de la même institution. Il a effectué des recherches postdoctorales au Massachusetts Institute of Technology. M. Kelly détient un doctorat de l’Université du sud de la Californie. Sa thèse portait sur la fusion des capteurs en vue d’une meilleure navigation automatique. Avant son doctorat, il élaborait des logiciels pour l’Agence spatiale du Canada, à Montréal. Il s’intéresse principalement à l’application des méthodes d’estimation et de l’apprentissage machine à la navigation, à la cartographie et aux opérations de manipulation assistées par la robotique. Parallèlement, il s’implique profondément dans le développement d’outils de robotique de source ouverte ainsi que dans la conception de logiciels de robotique fiables et réutilisables.


Mardi le 1 octobre à 11h15 – La cybersécurité et les agents animés : pourquoi m’en faire?

Partout, la cybersécurité inquiète – de nouvelles vulnérabilités ne cessent d’être découvertes dans les infrastructures fixes et d’être exploitées, une tendance qui ne semble montrer aucun signe de ralentissement pour l’instant. L’ordinateur portable ne se déplace pas sans aide, mais cela devrait bientôt changer, car les agents animés intelligents quitteront bientôt le laboratoire pour envahir l’espace occupé par les humains. Que représentent les véhicules autonomes, les drones de livraison et les robots domestiques sur le plan de la cybersécurité? Dans son exposé, M. Kelly vous dira que les actes maveillants commis par les pirates informatiques ne sont qu’une facette du problème (potentiel), et que ce ne sont pas nécessairement d’eux qu’il faudrait s’inquiéter. La principale difficulté réside peut-être dans les « cas limites » imprévus qui se dissimulent dans la vaste complexité des systèmes autonomes que nous nous apprêtons à déployer. Des personnes bien intentionnées pourraient même créer une brèche et déclencher un désastre. M. Kelly parlera de ces difficultés et expliquera comment nous pourrions atténuer ce risque en partie.