Le Sommet de CANARIE 2021



L’union fait la force :
repenser la cybersécurité



novembre 16 - 18, 2021

Nous n’avons jamais fait face à pareilles menaces, mais avec elles viennent la possibilité de collaborer pour mieux nous défendre. Repensons la cybersécurité.

En 2019, le Sommet de CANARIE s’était attardé aux multiples facettes de la cybersécurité : la protection des renseignements personnels, les chapeaux blancs, les recherches les plus récentes et le début d’une approche coordonnée à la cybersécurité au pays.

Beaucoup de choses se sont passées depuis.

Le Sommet de CANARIE de 2021 revisite la cybersécurité en y ajoutant un point de vue multidimensionnel et en examinant le problème sous de nombreux angles fonctionnels et organisationnels, afin d’inciter les participants à envisager de nouvelles façons pour faire du Canada un leader dans l’expertise, l’infrastructure et l’innovation en cybersécurité.

  • Apprenez des experts mondiaux en cybersécurité
  • Contribuez au débat permanent
  • Entretenez-vous avec les grands innovateurs et chercheurs du Canada
1re journée – Bâtir l’équipe

Les gens sont à la fois le maillon le plus solide et le plus faible de la chaîne de la cybersécurité. Comment alimenter l’esprit d’équipe et le sens de l’organisation au sein des collectivités en cause pour engendrer les comportements qui prioriseront la cybersécurité? Qu’est-ce qui fonctionne? Que peut-on améliorer?

2e journée – Redéfinir les règles du jeu

Suivre des processus cohérents et méticuleux est ce qui rendra les institutions cybersécures. Mais à quelle fréquence faut-il revoir ces processus face à des menaces qui ne cessent d’évoluer et au comportement changeant des utilisateurs? Que nous apprennent les succès d’ici et d’ailleurs?

3e journée – Mieux s’outiller

La pléthore de technologies en cybersécurité actuellement disponibles pourrait susciter de l’enthousiasme (nouvelles possibilités) comme de l’angoisse (laquelle choisir). Nous verrons comment les membres de la collectivité peuvent s’entraider pour élargir et rehausser l’arsenal de solutions qui répondra aux besoins des milieux canadiens de la recherche et de l’éducation tout en donnant à notre pays de nouvelles occasions de devenir un leader en la matière.

Qui devrait y assister?

Institutions de recherche et d’enseignement

  • Vice-présidents des finances et de l’administration
  • Dirigeants principaux de l’information
  • Officiers principaux de la sécurité de l’information
  • Équipes gérant les identités et les accès
  • Architectes de réseau
  • Chercheurs en cybersécurité et en informatique

Secteur privé

  • Professionnels de la cybersécurité
  • Spécialistes en gestion des identités et des accès
  • Ingénieurs de réseaux
  • Spécialistes en solutions et en services pour les milieux canadiens de la recherche et de l’éducation

Autres

  • Directeurs exécutifs et personnel des organismes sans but lucratif desservant les milieux canadiens de la recherche et de l’éducation
  • Personnel des réseaux de la recherche et de l’éducation
  • Professionnels de la cybersécurité

Gouvernement

  • Cadres intermédiaires ou supérieurs responsables de la politique scientifique, de l’innovation, des technologies de l’information ou de la sécurité

Pourquoi devriez-vous assister au Sommet?

Nous avons demandé aux participants ce qu’ils ont le plus aimé au Sommet national de 2019.

Conférencière principale: Keren Elazari

Analyste en sécurité, chercheuse et conférencière

Keren Elazari est renommée dans le monde entier en tant qu’analyste en sécurité, chercheuse, écrivaine et conférencière. Depuis 2000, elle collabore avec d’importantes sociétés israéliennes de sécurité, les quatre plus grands réseaux de services professionnels de la planète et des entreprises inscrites sur la liste Fortune 500. Mme Elazari s’intéresse aux technologies de sécurité émergentes entant que conseillère stratégique indépendante, travaillant avec les géants internationaux de la technologie et les jeunes entreprises d’avant-garde.

En 2014, elle est devenue la première Israélienne à donner un exposé aux TED Conferences. Son exposé a été vu par des millions de curieux, traduit en trente langues et sélectionné par TED pour figurer parmi ses « idées les plus percutantes ». En 2020, cet exposé demeure l’un des plus regardés sur la sécurité et le piratage.

Mme Elazari est agréée CISSP, détient une maîtrise ès arts en études sur la sécurité et est chercheuse principale au Centre de cyber-recherche interdisciplinaire de Tel Aviv. Elle est également membre honoraire du corps professoral de l’Université Reichman, la principale université privée d’Israël. Mme Elazari a créé BSidesTLV, le plus grand colloque communautaire en sécurité d’Israël, et fondé avec d’autres Leading Cyber Ladies, un réseau professionnel mondial de femmes qui travaillent en cybersécurité.

Ce que les cyberpirates nous apprennent sur la cybersécurité 

La cybersécurité ne signifie plus mettre des secrets à l’abri. Il s’agit désormais d’un mode de vie universel qui s’appuie sur la technologie numérique : des nuages aux téléphones intelligents, des capteurs médicaux aux marchés boursiers et ainsi de suite. Nous sommes tous sur la ligne de front du royaume numérique. Chercheuse en sécurité, conférencière TED et gentille pirate, Keren Elazary se joint à nous pour nous dire quelles leçons en sécurité il faudrait tirer des pirates informatiques et nous montrer comment chacun peut se doter d’un système immunitaire numérique – et bâtir un avenir plus sûr. 

Conférencière principale: Stephanie Carvin

Professeure agrégée, Norma Paterson School of International Affairs, Université Carleton

Stephanie Carvin est professeure agrégée à la Norman Paterson School of International Affairs de l’Université Carleton. Ses recherches portent sur la sécurité nationale et internationale et la technologie. Elle enseigne la protection des infrastructures essentielles, la technologie et la conduite de la guerre, ainsi que le renseignement et la sécurité nationale. Mme Carvin détient un doctorat de la London School of Economics. Entre autres publications, elle est l’auteure de Stand on Guard : Reassessing Threats to Canada’s National Security (Presses de l’Université de Toronto : 2021) et co-auteure du futur ouvrage intitulé Intelligence and Policy Making : The Canadian Experience (Stanford 2021). De 2012 à 2015, elle a été analyste de renseignement pour le gouvernement canadien et s’occupait des questions de sécurité nationale.

Responsabiliser la sécurité en recherche 

Les agences nationales de sécurité et les chercheurs, surtout ceux du milieu universitaire, ont rarement fait bon ménage. Ainsi, durant la Guerre froide, les premières percevaient souvent les seconds comme des agents subversifs, alors que les seconds considéraient les premières comme des organes de surveillance de l’État. Des reportages récents ont cependant souligné les répercussions parfois néfastes de certaines alliances scientifiques, surtout entre pays soumis à un régime totalitaire. C’est pourquoi on a commencé à réévaluer les relations entre ces deux factions, notamment en rédigeant de nouvelles lignes directrices nationales sur la sécurité à l’intention des chercheurs. Cet exposé donnera une vue d’ensemble des menaces qui planent actuellement sur le pays, plus précisément les cybermenaces. Il mettra aussi en relief les risques que pose l’arrivée des agences de sécurité nationale dans les laboratoires en indiquant ce à quoi les scientifiques devraient songer et ce qu’ils devraient exiger pour atténuer pareils risques.  

Conférencier principale: Roni Zehavi

PDG, Rontali

Roni Zehavi est l’actuel PDG de Rontali, société privée qui se spécialise dans les grands projets mondiaux de transformation numérique, de la genèse de grappes durables et adaptables dans les pays en développement à l’élaboration de solutions générales dans les domaines des transports intelligents et de l’aéronautique.

Avant d’occuper ce poste, M. Zehavi a été à la fois cofondateur et chef de direction de CyberSpark, société qui s’est donné pour mission d’exploiter de cyber-écosystème israélien pour faire de Be’er Sheva la cyber-capitale mondiale, réalisation sans précédent sur les plans de l’innovation et du potentiel que cela représente.

Au cours des cinq dernières années, CyberSpark est devenue une des principales entités de la cyber-arène israélienne. Il a œuvré avec des centaines de cyber-entreprises, des jeunes pousses aux multinationales, en passant par les centres de recherche, les universités, les institutions gouvernementales (responsables de la réglementation et de l’exploitation comme le CERT) et les centres d’innovation (incubateurs, accélérateurs, sociétés de capital-risque). En 2014, M. Zehavi cofondait Global EPIC, une communauté mondiale de cyber-écosystèmes rassemblant plus de 27 pôles dont il a assuré la présidence mondiale jusqu’à tout récemment encore. M. Zehavi est un expert de renommée internationale dans son domaine et très bien connu en tant que conférencier et modérateur lors d’événements tels CyberTech, le STS Forum, le WEF Cyberforum et bien d’autres. C’est pourquoi il fait partie du conseil d’administration de centres de cyber-entrepreneuriat et d’innovation comme LORCA.

Zehavi cumule plus de 25 années de réussites dans le secteur de l’entrepreneuriat technologique. Il a intégré des technologies extrêmement novatrices et multidisciplinaires pour en faire des produits commercialisables. Au chapitre de l’expérience, mentionnons le pilotage d’idées à travers le processus du développement jusqu’à leur mise en marché. To-Be-Education, une de ses récentes entreprises se veut une plateforme de création sur laquelle enseignants et étudiants peuvent téléverser du contenu qui y sera transformé en jeux d’apprentissage axés sur des dilemmes auxquels peuvent participer de nombreux utilisateurs, ce qui concourt au développement de communautés mondiales d’apprenants.

En 2004, M. Zehavi a fondé Rontal Applications, un important fournisseur d’applications 3D destinées aux systèmes de simulation et de commande en temps réel. Sous son leadership, l’entreprise a obtenu d’excellents résultats avant d’être achetée par une société américaine. Pilote d’essai et ingénieur d’essai en vol chevronné pour ETPS UK ainsi qu’ingénieur en aéronautique pour Technion, M. Zehavi est un expert bien connu de la profession, notamment pour tout ce qui a trait aux opérations, à la méthodologie et à la technologie.

Bâtir des écosystèmes de l’innovation durables et adaptables. La mondialisation du local et la relocalisation du mondial 

L’exposé parlera des processus stratégiques qui sous-tendent le développement d’un écosystème de la cybersécurité efficace comme CyberSpark, la transformation de ce dernier en Global EPIC et la façon dont les autorités peuvent s’accorder avec de telles approches quand elles souhaitent créer leur propre écosystème de la cybersécurité. 

Phil Armstrong

Président de chef de direction, Macanthium Ventures Inc.

Phil Armstrong est président et chef de direction de Macanthium Ventures Inc., entreprise de consultation et d’investissement en technologie. En mars 2021, il a quitté son poste de vice-président exécutif et dirigeant mondial de l’information à la Great-West Lifeco Inc., une société de portefeuille dont fait partie la plus vieille compagnie d’assurance-vie du Canada, la deuxième plus importante société d’administration de régimes de pension des É.-U. et société gérant des actifs supérieurs à deux billions de dollars.

Armstrong a dirigé l’expansion et la transformation technologique de quelques-unes des plus importantes entreprises de services financiers mondiaux du Canada. Directeur exécutif chevronné, conseiller stratégique, fondateur, auteur et investisseur en technologies financières, il cumule une quarantaine d’années d’expérience en tant que technologue et cadre en Global C-suite.

En 2020, il a été intronisé au panthéon des DPI, le premier et le seul DPI canadien à l’être. Le magazine InsurTech l’a décrit comme le troisième cadre le plus influent au monde d’InsurTech. Reconnu comme un expert en cybersécurité, ce professionnel de la gestion du risque et visionnaire a passé une vingtaine d’années au sein de divers conseils d’administration. Il siège présentement au conseil stratégique des DPI canadiens (Ottawa) et préside le conseil d’administration du Technology Business Management Council (Bellevue, É.-U.), lequel compte des conseils de gestion en Europe, au Japon, en Asie et en Amérique du Nord. Avant cela, M. Armstrong était à la tête du conseil d’administration de l’Association canadienne des marchés de capitaux (ACMC). Il a présidé le Canadian Institutional Trade Matching Committe après en avoir fait partie, a présidé le conseil d’administration de Sun Life Business Center PVT LTD (Inde et Philippines), été membre du conseil de la faculté Atkinson des arts libéraux et des études professionnelles de l’Université York (Toronto, Canada) et DPI mondial pour les conseils consultatifs de Microsoft, Cisco et IFDS.

Désormais, M. Armstrong dispense ses conseils stratégiques à Accenture LLP (société mondiale), à Zscaler (San Jose), au Trusted Advisory Board (Munich) et à ISA Cybersecurity (Toronto). Il termine présentement son diplôme à l’Institut des administrateurs de société (Rotman) de l’Université de Toronto et détient un certificat en titres et valeurs dérivées du Canada. À cela, il faut ajouter un baccalauréat en technologie de l’Université de Leeds (Keighley College) au R.-U. et un baccalauréat en commerce de l’Université York, au Canada.

La grande cyber-réinitialisation 

Découvrez pourquoi les professionnels de la cybersécurité mettent leurs stratégies actuelles sur pause et repensent leurs architectures et leurs approches pour en adopter de nouvelles, plus durables. 

Barb Carra (Ph. D.)

Présidente-directrice générale, Cybera

Barb Carra est présidente-directrice générale de Cybera, organisme sans but lucratif techno-neutre ayant pour mission de faire croître l’économie albertaine grâce aux technologies numériques ainsi que de soutenir le réseau de la recherche et de l’éducation provincial. Chef de file respecté, elle figure parmi les partenaires et collaborateurs du Réseau national de la recherche et de l’éducation (RNRE) canadien. 

Avec un doctorat en recherche appliquée, en statistique spatiale et en modélisation des données, Mme Carra cumule une dizaine d’années d’expérience en analyse des données et en élaboration de politiques publiques, faisant ainsi office de trait d’union entre les secteurs scientifique et technique. Cette situation particulière s’est avérée vitale pour Cybera, qui doit souvent orienter et défendre les décisions en recherche et celles s’appuyant sur les données prises dans la province. Mme Carra a piloté le développement des initiatives administratives, stratégiques et opérationnelles de Cybera, y compris les programmes qui renforcent la cybersécurité dans le secteur de l’éducation albertain. 

 

Tribune sur l’état de la nation 

Cette tribune présentera les invités aux représentants des principaux groupes et organisations qui s’occupent de la cybersécurité dans les milieux de la recherche et de l’éducation. Il sera surtout question des acquis et des initiatives actuels de l’écosystème, de la meilleure façon de coordonner et d’exploiter ce qui se fait, ainsi que de la manière dont les communautés peuvent s’unir pour renforcer encore plus les capacités en cybersécurité des organisations de recherche et d’éducation connectées au RNRE canadien. 

Charles Finlay

Directeur exécutif, Rogers Cybersecure Catalyst, Université Ryerson

M. Finlay a fondé le Rogers Cybersecure Catalyst en 2018. Son idée était de bâtir le principal pôle canadien pour l’innovation et la collaboration en cybersécurité. M. Finlay supervise tous les aspects du centre, de son exploitation à sa croissance stratégique. Il a concouru au développement d’un programme de formation, de commercialisation, d’éducation publique et d’élaboration de politiques en cybersécurité comme il n’en existe aucun autre au pays.

Avant de fonder Catalyst, M. Finlay a été chef de cabinet et directeur de la politique au ministère ontarien du Développement et de la Croissance économique. À ce titre, il a travaillé en étroite collaboration avec les leaders du secteur privé et du gouvernement afin d’échafauder et de mettre en œuvre la stratégie qui devait faire de l’Ontario un chef de file mondial dans l’innovation et la commercialisation des technologies.  

Avant d’entrer dans la fonction publique, M. Finlay a exercé le droit chez BMO Capital Markets et Torys LLP, travaillé comme chercheur technique pour Forrester Research et été pigiste en journalisme commercial pour le Globe and Mail et le Canadian Business Magazine. 

Il a siégé au conseil d’administration du Gerstein Centre, de Social Planning Toronto et de Houselink Community Homes. 

Finlay est diplômé de l’Université Queen’s, de l’University College of London et de la Schulich School of Law de l’Université Dalhousie.

Rassembler un troupeau de chats, délicatement : la collaboration en cybersécurité au Canada 

Pour qu’une solution soit efficace en cybersécurité, les gens doivent donner du leur. Malheureusement, l’écosystème de la cybersécurité connaît de sérieuses difficultés sur ce plan au Canada : importantes pénuries sur le marché du travail et diversification du secteur moins importante qu’elle le devrait. Durant cette séance, j’examinerai comment les administrations publiques, le secteur privé et les universités peuvent s’entraider pour surmonter ces obstacles. 

June Leung

Directrice principale de la gestion des accès et des identités, Moneris

June Leung cumule plus de quinze années d’expérience dans le domaine de la sécurité de l’information durant lesquelles elle a piloté d’importants programmes de gestion des identités et des accès et de chiffrement dans l’industrie canadienne des finances, notamment pour Moneris, RBC, TD et FundSERV. Elle dirige présentement la gestion des identités et des accès chez Moneris, où elle administre et perfectionne constamment les programmes de gestion des accès et des identités ainsi que les services qui s’y rattachent (EIAM, CIAM, PAM et cryptographie).

Avant d’entrer chez Moneris, Mme Leung était directrice de la gestion des identités et des accès pour la deuxième ligne de défense et les enjeux en cybersécurité chez RBC.

Mme Leung détient un baccalauréat ès arts de l’Université de Guelph et plusieurs certificats en sécurité (CISSP, CISM, CRISC). Elle encadre régulièrement de jeunes professionnels qui souhaitent faire carrière en cybersécurité, notamment en donnant des exposés chez Cyber & Tech Risk et à l’Université Ryerson. 

Pleins feux sur la gestion des identités et des accès  

L’identité numérique figure à la base même de la stratégie en cybersécurité échafaudée par n’importe quelle organisation. Dans le milieu de l’enseignement supérieur, les populations éphémères d’étudiants et d’enseignants, les politiques relatives à l’usage des appareils personnels, les exigences particulières des chercheurs et l’évolution constante des cybermenaces soulèvent des difficultés uniques lorsqu’on tente de mettre en place un système de gestion des identités et des accès. L’exposé montrera comment on peut s’attaquer à ces difficultés, expliquera l’importance capitale de l’intégrité du procédé et illustrera l’évolution possible des systèmes et des méthodes de gestion des identités et des accès dans l’avenir.  

Stefan Lüders, PhD

Agent de sécurité informatique, Équipe d’intervention de cybersécurité du CERN

Stefan Lüders (Ph. D.) est diplômé de l’Institut fédéral suisse de technologie de Zurich. Il s’est joint à l’Organisation européenne pour la recherche nucléaire (CERN) en 2002. Depuis 2009, il dirige l’Équipe d’intervention en cybersécurité du CERN en tant qu’agent de sécurité informatique. Sa mission consiste à coordonner tous les aspects de la sécurité informatique au CERN (sécurité des ordinateurs de bureau, sécurité du centre de traitement, sécurité du calcul distribué et sécurité des systèmes de commande) tout en répondant aux besoins opérationnels du CERN. M. Lüders a donné des exposés sur la sécurité informatique et la cybersécurité des systèmes de commande à maintes occasions pour des organismes internationaux, des gouvernements et des entreprises. Il a aussi publié plusieurs articles.

Le CERN : un équilibre délicat entre l’esprit de liberté académique, les installations industrielles et la cybersécurité 

Le grand collisionneur de hadrons (GCH) de l’Organisation européenne pour la recherche nucléaire (CERN) est un prototype unique en son genre dans l’univers de la physique des particules. En effet, l’accélérateur en soi et les expériences qu’on y effectue sont élaborés, gérés et exploités par un groupe de physiciens, d’ingénieurs et de techniciens venant du monde entier. Parallèlement, le CERN sert de campus universitaire ainsi que d’installation IT pour le stockage massif de données, des grappes de calcul et tous les autres services que requièrent la recherche et la collaboration. Combiner un prototype inhabituel à une communauté internationale de scientifiques dans un chaudron universitaire soulève des difficultés particulières quand vient le temps de protéger les centres de données de l’organisation, les réseaux administratifs et la multitude de systèmes de contrôle qui ont été déployés pour que le GCH et les expériences qui s’y déroulent fonctionnent. Il faut absolument trouver le juste équilibre, tout en maintenant un degré de sécurité convenable. 

Wency Lum

Vice-présidente associée, systèmes universitaires et dirigeante principale de l’information, Université de Victoria

Wency Lum est vice-présidente associée des systèmes universitaires et dirigeante principale de l’information à l’Université de Victoria (UVic). La stratégie, les politiques, la gouvernance et les projets en TI sans lesquels les activités pédagogiques, scientifiques et administratives de l’université seraient irréalisables lui incombent. Parallèlement, Mme Lum dirige l’exploitation d’Arbutus, plateforme de recherche en nuage nationale de la Fédération de Calcul Canada. 

Mme Lum siège au conseil d’administration de BCNET, l’organisation qui propose des services partagés aux 25 institutions d’enseignement supérieur de la Colombie-Britannique, à celui du CUCCIO, regroupement canadien des dirigeants des technologies de l’information de l’enseignement supérieur, et à celui de la Victoria Foundation, un organisme communautaire. En raison de son travail en cybersécurité dans le milieu de l’enseignement supérieur, elle préside le Comité de la cybersécurité et des services de gestion des identités de CBNET, siège au Comité permanent de la cybersécurité du CUCCIO et est membre de la Commission consultative en cybersécurité de CANARIE ainsi que du Comité directeur et consultatif en cybersécurité de Calcul Canada. 

Mme Lum détient un baccalauréat ès sciences de l’Université McGill et une maîtrise en administration commerciale de l’UVic. Elle est de surcroît vérificatrice agréée en systèmes d’information et gestionnaire professionnelle de projets.

 

Tribune sur l’état de la nation 

Cette tribune présentera les invités aux représentants des principaux groupes et organisations qui s’occupent de la cybersécurité dans les milieux de la recherche et de l’éducation. Il sera surtout question des acquis et des initiatives actuels de l’écosystème, de la meilleure façon de coordonner et d’exploiter ce qui se fait, ainsi que de la manière dont les communautés peuvent s’unir pour renforcer encore plus les capacités en cybersécurité des organisations de recherche et d’éducation connectées au RNRE canadien. 

Dr. Mitra Mirhassani

Professeure agrégée, département de génie électrique et informatique, Université de Windsor

Mitra Mirhassani est professeure agrégée au département de génie électrique et informatique de l’Université de Windsor. Ses recherches portent sur la protection du matériel, la détection des chevaux de Troie et l’encryptage quantique.

Avec son équipe, elle s’intéresse à une gamme de problèmes en sécurité touchant l’équipement comme la détection des chevaux de Troie matériels, l’application efficace des algorithmes post-quantiques et la mise en œuvre des fonctions impossibles à cloner publiques.

Mme Mirhassani est membre électif de l’IEEE et rédactrice associée du périodique Access Journal de l’organisation, de même que rédactrice invitée de Transaction on Computer-Aided Design, également de l’IEEE. Elle est aussi conseillère auprès de la branche de Windsor de Women in Cybersecurity. Mme Mirhassani a été sélectionnée pour faire partie des femmes en cybersécurité les plus en vues par IT World Canada en 2020 et a remporté le prix pour réalisations exceptionnelles de l’APMA Cybersecurity Institute en 2020. Enfin, elle est la fondatrice et la codirectrice du centre d’excellence en cybersécurité automobile SHIELD.

La guerre de Troie du matériel 

Depuis qu’on en a mondialisé la conception et la fabrication, on se pose de sérieuses questions sur la fiabilité et la sécurité des circuits imprimés (CI). La complexité des démarches, nombreuses, qui aboutissent à la mise en œuvre d’un système intégré a en effet contraint l’industrie des semi-conducteurs à créer une chaîne d’approvisionnement en vertu de laquelle aucune étape de la production des CI ne s’effectue au même endroit. La multiplicité des emplacements, le plus souvent situés sur des continents différents, accroît donc le risque d’éventuelles puces malveillantes. Bref, il se pourrait qu’on introduise un circuit logique dormant, ou cheval de Troie matériel (CTM), dans un système afin d’en affecter la performance. Puisque l’implantation d’un CTM dans des secteurs sensibles comme l’armée, les réseaux d’électricité, les télécommunications, l’aviation, l’automobile et la santé pourrait engendrer des dommages irréparables, il est capital de mettre au point des mécanismes de défense qui détecteront les circuits des CTM et les rendront inoffensifs.  

Rasha Nasra

Responsable de la mobilisation en cybersécurité – Secteur universitaire, Centre canadien pour la cybersécurité

Rasha Nasra s’occupe de la mobilisation et des partenariats universitaires au Centre canadien pour la cybersécurité. Elle détient un doctorat en leadership pédagogique de l’Université Western et une maîtrise en technologies pédagogiques de l’Université Concordia. Avant son poste actuel, elle a rempli diverses fonctions au CCC, notamment la direction d’une équipe chargée d’effectuer l’évaluation stratégique des cybermenaces. Elle a occupé des postes de cadre et assumé des fonctions universitaires dans diverses organisations comme la Société canadienne des postes et l’Université Ryerson avant de faire son entrée au Centre canadien pour la cybersécurité.

 

Tribune sur l’état de la nation 

Cette tribune présentera les invités aux représentants des principaux groupes et organisations qui s’occupent de la cybersécurité dans les milieux de la recherche et de l’éducation. Il sera surtout question des acquis et des initiatives actuels de l’écosystème, de la meilleure façon de coordonner et d’exploiter ce qui se fait, ainsi que de la manière dont les communautés peuvent s’unir pour renforcer encore plus les capacités en cybersécurité des organisations de recherche et d’éducation connectées au RNRE canadien. 

Tim Stupich

Directeur principal, Développement des affaires, CANARIE

Depuis qu’il s’est joint à l’équipe CANARIE, en mars 2021, Tim Stupich noue des partenariats avec différents groupes d’intervenants afin d’explorer et d’approfondir de nouvelles possibilités pour l’organisation et formuler les recommandations qui lui permettront de mieux échafauder et mettre en œuvre des stratégies d’affaires et des programmes, surtout en cybersécurité. 

Stupich arrive de chez Mitacs, où il a élaboré des stratégies en vue de renforcer les stages de recherche axés sur les activités de l’organisme dans les secteurs prioritaires, notamment les initiatives des Autochtones, l’aéronautique, les communications optiques par satellite, les technologies qui augmenteront la bande passante dans les régions rurales et éloignées, les collaborations associées au soutien des supergrappes d’innovation par le Conseil national de recherches du Canada et les programmes Défi.

Stupich a une longue carrière dans la fonction publique fédérale, où il a piloté le développement de la stratégie pour l’infrastructure de recherche numérique, le programme sur l’infrastructure du savoir de deux milliards de dollars et les apports stratégiques aux organisations de recherche tels la Fondation canadienne pour l’innovation, Génome Canada, l’Institut canadien de recherches avancées, l’Institut d’informatique quantique, le Conseil des académies canadiennes et bien d’autres.

Ingénieur agréé, M. Stupich détient un baccalauréat en génie mécanique de même qu’une maîtrise en administration commerciale de l’Université du Manitoba. 

Programme

Le Sommet de CANARIE se tiendra en anglais.

le 16 novembre 2021
Jour 1

Bâtir l’équipe

13 h 00 HE

Mot de bienvenue

13 h 10 - 14 h 00 HE

Discours liminaire: Keren Elazari
Ce que les cyberpirates nous apprennent sur la cybersécurité 

14 h 00 - 14 h 45 HE

Plénière: Phil Armstrong
La grande cyber-réinitialisation

14 h 45 - 15 h 00 HE

Pause et réseautage

15 h 00 - 15 h 45 HE

Plénière: Charles Finlay
Rassembler un troupeau de chats, délicatement : la collaboration en cybersécurité au Canada 

15 h 45 - 16 h 00 HE

Récapitulation et aperçu de la 1e journée

le 17 novembre 2021
Jour 2

Redéfinir les règles du jeu

13: 00 HE

Mot de bienvenue

13 h 10 - 14 h 00 HE

Discours liminaire: Roni Zehavi
Bâtir des écosystèmes de l’innovation durables et adaptables. La mondialisation du local et la relocalisation du mondial 

14 h 00 - 14 h 45 HE

Plénière: Dr. Stefan Lüders
Le CERN : un équilibre délicat entre l’esprit de liberté académique, les installations industrielles et la cybersécurité 

14 h 45 - 15 h 00 HE

Pause et réseautage

15 h 00 - 15 h 45 HE

Plénière: June Leung
Pleins feux sur la gestion des identités et des accès  

15 h 45 - 16 h 00 HE

Récapitulation et aperçu de la 2e journée

le 18 novembre 2021
Jour 3

Mieux s’outiller

13 h 00 HE

Mot de bienvenue

13 h 10 - 14 h 00 HE

Plénière: Dr. Mitra Mirhassani
La guerre de Troie du matériel

14 h 00 - 14 h 45 HE

Panel du Sommet: Dr. Barb Carra, Wency Lum, Rasha Nasra
Tribune sur l’état de la nation / Modérateur: Tim Stupich

14 h 45 - 15 h 00 HE

Pause et réseautage

15 h 00 - 15 h 45 HE

Discours liminaire: Stephanie Carvin
Responsabiliser la sécurité en recherche 

15 h 45 - 16 h 00 HE

Récapitulation

Inscription

Les frais d’inscription sont en devises canadiennes, TVH en sus.

 Membres de CANARIE*Autres
Sommet CANARIE 2021
(3 jours / 13 h 00 à 16 h 00 HE)
$0$49

*Vérifier si l’organisation est membre de CANARIE.

INSCRIVEZ-VOUS

Parrainage

Le Sommet de CANARIE est un événement annuel durant lequel des visionnaires et des pionniers du milieu universitaire, du secteur privé et des administrations publiques présentent leurs réalisations les plus marquantes aux chercheurs, éducateurs et innovateurs du Canada dans une atmosphère intime.

Des plénières vivantes, animées par des conférenciers canadiens et étrangers, incitent les participants à en apprendre davantage sur ce qui fera du Canada un chef de file mondial dans l’innovation fondée sur les données, pour ensuite en discuter et engendrer des collaborations.

Ventilation des participants (Sommet 2019)

Déplacements et hébergement

Contacter

Questions relatives à l’inscription

Veuillez les envoyer à registration@canarie.ca ou composer le 1-613-769-9500.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.