Accueil » Communiqués de presse » Pour que les chercheurs canadiens disposent de puissants logiciels et de l’expertise pertinente, CANARIE octroie 3,6 M$ à six Institutions afin qu’elles mettent sur pied une équipe locale de développement de logiciels scientifiques

Pour que les chercheurs canadiens disposent de puissants logiciels et de l’expertise pertinente, CANARIE octroie 3,6 M$ à six Institutions afin qu’elles mettent sur pied une équipe locale de développement de logiciels scientifiques

Posted
on 26 novembre, 2020

Les équipes locales accéléreront la découverte en permettant aux chercheurs d’accéder plus facilement à des logiciels de calibre mondial, spécialement conçus pour eux


[Ottawa, ON]

CANARIE a dévoilé aujourd’hui les six institutions qui ont été retenues dans le cadre du volet de son programme Logiciels de recherche visant à soutenir l’élaboration de logiciels scientifiques localement. Les fonds serviront à financer une équipe composée de trois développeurs à temps plein dans chacune des institutions. L’équipe de soutien locale viendra en aide aux chercheurs de l’institution, toutes disciplines confondues, et leur procurera des conseils, de la formation, de l’expertise et des logiciels spéciaux qui feront progresser leurs projets.

La recherche s’appuie de plus en plus sur des logiciels conçus à des fins précises. Malheureusement, peu de chercheurs ont les ressources nécessaires pour gérer l’équipe qui les développera et beaucoup ignorent l’existence de logiciels qu’ils pourraient aisément adapter à leurs besoins. Afin d’y remédier, en 2018, CANARIE a lancé un projet pilote qui devait établir s’il est possible de créer des équipes locales de soutien aux logiciels de recherche dans les institutions canadiennes et en mesurer l’impact. Face au succès du projet et d’activités similaires, à l’étranger, l’initiative a été élargie à l’ensemble du pays dans les buts que voici :

  • exploiter les pratiques exemplaires de génie logiciel pour rehausser la qualité les logiciels scientifiques et les réutiliser davantage;
  • ne pas réinventer la roue en créant des logiciels qui reproduisent les fonctionnalités de logiciels existants;
  • pourvoir le Canada d’une masse critique de développeurs possédant assez d’expertise pour organiser et diriger des équipes de soutien locales.

« Procurer aux chercheurs les ressources et les moyens qui leur permettront de se connecter entre eux et de collaborer est un investissement que notre gouvernement est fier de supporter », a affirmé l’honorable Navdeep Bains, ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie. « Grâce à ces fonds, dispensés par le biais de CANARIE, nous ferons en sorte que les chercheurs canadiens aient accès à l’expertise voulue en informatique pour réaliser plus rapidement d’importantes découvertes. »

« Nous sommes enchantés d’appuyer des équipes de soutien locales en développement de logiciels partout au pays », a déclaré Mark Wolff, directeur de la technologie chez CANARIE. « Les chercheurs qui poursuivent des travaux dans des domaines faisant un usage massif des données recourent à des logiciels spéciaux dont nous finançons le développement depuis des années, mais les recherches en tout genre pourraient profiter d’une expertise en développement de logiciels. Ces équipes de spécialistes élargiront la portée et l’utilité des logiciels à l’ensemble des chercheurs de l’institution et engendreront une culture du partage et de la réutilisation grâce à laquelle on parviendra plus vite à des résultats. »

Voici les institutions qui bénéficieront d’une aide financière pour mettre sur pied une équipe de soutien locale dans le cadre de ce nouveau volet du programme Logiciels de recherche.

  • Institut de recherche Sunnybrook, projet piloté par Anne Martel – « Nous utiliserons des outils publics pour créer une plateforme avec laquelle les utilisateurs pourront facilement accéder aux données, les consulter et les modifier sans avoir à réinventer des logiciels existants. Nous dispenserons aussi de l’aide pour élaborer de nouvelles trousses d’analyse spécialisées à l’institut même et épaulerons les chercheurs de Sunnybrook pour qu’ils diffusent des logiciels plus fiables et plus robustes à leurs collaborateurs du monde entier. »
  • Université de Calgary, projet piloté par Abdel Yousif – « Le principal obstacle à un meilleur rendement en recherche identifié par les chercheurs de l’université était le manque de soutien local en programmation susceptible de faciliter le développement d’outils pour automatiser la gestion des données. Grâce aux fonds de CANARIE, nous aiderons de nombreux projets de recherche à exploiter les modules de transfert et de traitement préalable des données scientifiques dont on pourra se resservir d’un projet à l’autre. L’objectif est d’automatiser la préparation et la gestion des données de manière à réduire les activités manuelles qui monopolisent un fort effectif. »
  • Université Laval, projet piloté par Florent Parent – « Par des investissements importants en infrastructures technologiques de pointe, l’Université Laval s’est pleinement engagée dans le soutien de la recherche, épaulant ses chercheurs à l’ère de la science axée sur le numérique. Ce fonds subvention permettra entre autres le développement et l’intégration d’outils logiciels visant à faciliter la saine gestion de données de recherche, et à démocratiser l’exploitation des infrastructures de recherche numérique. Les projets réalisés par l’équipe serviront à accélérer les travaux de recherche à l’Université Laval, et seront contribués à l’ensemble de la communauté de recherche canadienne via entre autres le portail des logiciels de recherche de CANARIE » (Dr. Philippe Després)
  • Université d’Ottawa, projet piloté par Daniel Trottier, directeur principal des solutions IT, Technologies de l’information – « Ce financement répond à un besoin criant : celui de décloisonner le milieu de la recherche grâce à un noyau central qui élaborera des logiciels destinés à être partagés et réutilisés. Avec cette initiative, l’Université d’Ottawa répondrà aux besoins des chercheurs qui souhaitent un soutien plus tactile. Notre but est de créer des logiciels spécialisés et d’en étendre l’usage non seulement à la totalité de l’université, mais aussi à d’autres institutions. Nous sommes emballés que l’aide offerte par CANARIE nous offre cette possibilité. »
  • Université Simon Fraser, projet piloté par Martin Siegert –  « L’Université Simon Fraser réunit ceux qui excellent et les experts de l’université pour amplifier les efforts collectifs et avoir un impact plus prononcé sur la société. Les spécialistes de l’USF ont déjà pris la tête du développement de plateformes communes dans diverses disciplines. Grâce à ces fonds, elle mettra sur pied une équipe centrale de développement de logiciels qui appuiera les projets nécessitant une approche inédite à l’exploitation des données volumineuses et de l’intelligence artificielle en vue de trouver une solution aux problèmes qui comptent vraiment. »
  • Université de Sherbrooke, projet piloté par by Alain Veilleux – « Les fonds de CANARIE sont l’ingrédient majeur qui nous manquait pour mettre en place une équipe de soutien entièrement consacrée au développement de logiciels scientifiques. La création et l’usage de logiciels de recherche spécialisés font désormais partie intégrante de la vie des chercheurs dans maintes disciplines. Cette opportunité constitue la prochaine étape logique dans l’évolution du Centre de science informatique de l’université, qui s’est déjà occupé de plusieurs ordinateurs à haute performance et infrastructures en nuage pour Calcul Canada en offrant de l’aide en calcul informatique de pointe et en participant à l’élaboration de diverses plateformes de recherche. Notre objectif à présent n’est pas seulement d’épauler les chercheurs locaux, mais aussi de veiller à ce que le milieu canadien et international de la recherche profite des résultats de ces travaux. »

Renseignements

Ela Yazdani
Directrice des communications
CANARIE
(613) 943-5432
ela.yazdani@canarie.ca

À propos de CANARIE

CANARIE connecte les Canadiens les uns aux autres ainsi qu’au reste de la planète. Les programmes de l’organisation confèrent aux chercheurs, aux étudiants et aux jeunes entreprises ce dont ils ont besoin pour exceller sur la scène mondiale.

CANARIE et ses treize partenaires provinciaux et territoriaux forment le Réseau national de la recherche et de l’éducation du Canada, un réseau ultrarapide qui connecte les chercheurs, les enseignants et les innovateurs du pays entre eux, et leur donne accès à leurs homologues, aux données et aux technologies du globe.

Réseau mis à part, CANARIE finance et promeut la création de logiciels qui facilitent la recherche et pilote les efforts nationaux déployés pour gérer les données qui en découlent. Afin de rendre le milieu de la recherche et de l’enseignement du Canada plus sûrs, CANARIE finance, met en œuvre et soutient des initiatives en cybersécurité de concert avec ses partenaires du RNRE, le gouvernement, les universités et le secteur privé. L’organisation dispense aussi des services de gestion des identités au milieu universitaire et procure aux jeunes entreprises canadiennes des ressources en nuage ainsi que de l’expertise dans les technologies émergentes.

Fondé en 1993, CANARIE est une société sans but lucratif principalement financée par le gouvernement du Canada.