Sommet National CANARIE 2017



Science, commerce, sécurité : connectés



novembre 14 - 15, 2017

En ce 150eanniversaire de la confédération, soyez des nôtres dans la magnifique capitale du Canada!

Entretenez-vous avec les sommités canadiennes de la recherche, de l’industrie et de l’administration publique pour explorer les possibilités et les enjeux que laisse entrevoir l’interconnexion de la science, du commerce et de la sécurité.

APPRENEZ

Découvrez des réalisations scientifiques et des idées révolutionnaires qui nous rendront la vie plus facile et accéléreront la croissance de l’économie.

COLLABORER

Coopérez avec de nouveaux collègues et amis dans tous les secteurs d’activité, les industries et les disciplines scientifiques.

CONTRIBUEZ

Partagez vos idées et vos réflexions pour faire du Canada une puissance mondiale dans les domaines de la recherche et de l’innovation.

Prenez deux minutes et découvrez pourquoi vous devriez assister au Sommet :

Commentaires des participants au Sommet de 2016

Nina Tandon (Ph. D.)

Chef de direction et cofondatrice d’EpiBone, membre d’élite de TED

Nina Tandon œuvre à la fine pointe de la science, là où se confondent fiction et réalité. Elle s’efforce de faire croître des cœurs et des os qu’on pourra implanter dans l’organisme, et étudie la biotechnologie à sa nouvelle frontière : les habitations, les tissus et les jeux vidéo faits de cellules. Considérée comme l’une des personnes les plus inventives par le magazine Fast Company et l’un des cent plus grands penseurs mondiaux en matière de politique étrangère, Mme Tandon donne des conférences sur l’avenir des soins de santé et de la technologie, ainsi que sur la révolution industrielle en biologie.

Nina Tandon est chef de direction et cofondatrice d’EpiBone, première entreprise au monde à cultiver des os humains servant à la reconstruction du squelette. Elle est co-auteur de l’ouvrage Super Cells: Building with Biology, dans lequel elle explore la nouvelle frontière de la biotechnologie. Membre d’élite de TED et professeure auxiliaire en génie électrique à la Cooper Union, elle détient un baccalauréat en génie électrique de la Cooper Union, une maîtrise en génie bioélectrique du MIT ainsi qu’un doctorat en génie biomédical et une maîtrise en administration commerciale de l’Université Columbia. La thèse de son doctorat portait sur les signaux électriques dans la construction des tissus, notamment les tissus cardiaques, épidermiques, osseux et nerveux.

Mme Tandon a débuté sa carrière dans les télécommunications, aux laboratoires Avaya, avant de bifurquer vers le génie biomédical grâce à une bourse Fulbright. En Italie, elle a travaillé sur un nez électronique capable de « flairer » le cancer. Après son doctorat, elle a dispensé ses conseils chez McKinsey and Company, mais, depuis 2010, elle a repris ses travaux en génie tissulaire. Elle a publié dix articles dans des périodiques scientifiques (cités plus de 300 fois, H = 9), rédigé six chapitres d’ouvrage et déposé trois brevets. Elle a publié dans Nature Protocols et Lab on a Chip de même qu’été la vedette de CNN, Wired et le Guardian. Mme Tandon a donné des conférences à TED à trois reprises, ainsi que des exposés aux colloques techniques de l’Institut Milken et de Bloomberg. Elle figure parmi les cent personnes les plus inventives sélectionnées par le magazine Fast Company, les 40 personnes qui ont réussi dans les affaires avant l’âge de 40 ans recensées par Crain et fait partie des pionniers technologiques du Forum économique mondial.


Discours liminaire : Les super cellules : partenaires en conception | mardi 14 novembre à 9h45

(Veuillez noter que tous les exposés au Sommet se donneront en anglais)

De l’argile et de la pierre au plastique et à l’acier, les matériaux forgent depuis toujours le monde qui nous entoure et nos plus folles constructions. Nous voici cependant sur le point d’explorer et d’exploiter une nouvelle matière, une matière si révolutionnaire qu’elle défie l’entendement. Cette matière est la vie. Dans son allocution, Nina Tandon vous entraîne dans un périple qui vous sidérera par la gamme d’inventions qui voient d’ores et déjà le jour grâce à l’élément fondamental qui structure la vie : la cellule. Imaginez des ponts qui se réparent d’eux-mêmes, des ateliers de réfection organique où les parties du corps sont remplacées sans qu’on doive recourir au don d’organes, des métiers à tisser vivants confectionnant des textiles de pointe ou des biftecks d’aloyau approuvés par la PETA. Des technologies plus intelligentes, qui s’adaptent mieux et qui pourraient nous procurer l’arsenal nécessaire pour surmonter les défis se profilant à l’horizon. Avec un enthousiasme contagieux, Mme Tandon décrit cette nouvelle révolution technologique qui commence, une révolution qui verra l’avènement de technologies intelligentes et où des cellules nous aideront à concevoir, souvent à partir de nos propres moyens, dans des laboratoires coopératifs de génétique libre. Dans la foulée, Mme Tandon aborde les questions épineuses auxquelles nul ne peut échapper quand on joue avec le principe même de la vie.

Jean Luc Bérubé (Ph.D.)

Président du Centre de recherches sur les communications

M. Jean-Luc Bérubé assure la présidence du Centre de recherches sur les communications depuis 2011 après y avoir passé 17 mois comme vice-président de la recherche. Lorsqu’il est entré au CRC en 2009, il cumulait une vaste expérience en gestion des aspects humains et technologiques des projets de R‑D complexes en télécommunications.

M. Bérubé supervise trois priorités en recherche, notamment une fonction de prévision pour Innovation, Sciences et Développement économique Canada (ISDE) et la R-D sur le soutien direct à la clientèle. Le Secteur du spectre et des télécommunications d’ISDE figure parmi les principaux clients du CRC, auxquels s’ajoutent d’autres organisations publiques, industrielles et universitaires. La troisième priorité est la R-D de Grands Défis Canada qui se rapporte aux enjeux liés à la connaissance, à l’exploitation et à la répartition du spectre, autant d’aspects primordiaux pour satisfaire la demande de l’économie numérique contemporaine.

M. Bérubé a commencé sa carrière en 1984 en tant qu’ingénieur de conception chez Canadian Marconi Corporation. En 1993, il a quitté cette entreprise pour Nortel, où il a piloté les équipes mettant au point le matériel de télécommunication évolué. En entrant chez Motorola en 1997, il s’est assuré que l’entreprise planifiait étroitement ses produits en fonction des besoins de sa clientèle. En 2000, M. Berubé rejoignait les membres d’Altera Corporation, où il a supervisé le développement des applications et du marché pour les secteurs canadiens des communications sans fil et des réseaux à large bande.

M. Bérubé détient un baccalauréat ès sciences de l’Université du Nouveau-Brunswick (UNB), une maîtrise en sciences appliquées de l’École polytechnique de Montréal et un doctorat de l’UNB, tous en génie électrique.


La science publique s’ennuage | mardi 14 novembre à 11h15

(Veuillez noter que tous les exposés au Sommet se donneront en anglais)

Comment l’État compose-t-il avec la croissance exponentielle de la demande pour les technologies numériques évoluées qui soutiennent la recherche ? De nos jours, la science mise de plus en plus sur l’analyse et la visualisation des mégadonnées, sur l’accès à distance aux instruments et sur la collaboration avec les chercheurs du pays et de l’étranger. Pour répondre à cette demande, on a un besoin grandissant de centres de calcul très adaptables, de logiciels de pointe autorisant la collaboration et l’intégration, ainsi que de systèmes de stockage d’une grande capacité. M. Jean Luc Bérubé expliquera comment le gouvernement tire parti des sommes qu’il injecte dans les technologies d’infonuagique pour répondre aux besoins des scientifiques canadiens.

Joni Brennan

Présidente, Digital ID & Authentication Council of Canada (DIACC)

Mme Brennan assume la présidence du Digital ID and Authentication Council of Canada (DIACC). Forte de ses quinze années d’expérience pratique dans le domaine des innovations liées à la gestion des accès et des identités ainsi que dans l’élaboration de normes pour l’industrie, Mme Brennan aide le DIACC à concrétiser sa vision, qui est de structurer les forces du marché canadien afin que la population dans son ensemble puisse profiter des possibilités économiques résultant de l’authentification et de l’identité numérique. Dans cette optique, elle noue des liens diplomatiques axés sur la collaboration et formalise les partenariats stratégiques entre organisations. Elle a participé à des comités d’organisation internationaux et a prêté témoignage sur la fiabilité des systèmes de gestion des identités et des accès auprès de l’US Office of the National Coordinator for Health Information Technology Security and Privacy (ONC HITSP).


L’identité numérique : fondement de notre économie numérique | mercredi 15 novembre à 10h

(Veuillez noter que tous les exposés au Sommet se donneront en anglais)

Les marchés reposent sur la confiance mutuelle. Or, pour engendrer la confiance dans les contacts et les relations numériques que tissent les gens et les organisations, on a absolument besoin d’un cadre universel permettant de vérifier les identités. Un écosystème national d’identités numériques, adaptable et interopérable, pourrait se solder par un essor économique appréciable pour le Canada. On peut et on doit y voir afin que le Canada entre pleinement dans l’ère du numérique. Mme Brennan expliquera comment cette vision commande l’avènement du tout premier système d’identification individuelle misant sur la sécurité et la protection des renseignements personnels, par la collaboration entre les administrations publiques, les banques, les établissements d’enseignement supérieur et les fournisseurs de technologies du pays.

Valarie Findlay

Boursière en recherche, Police Foundation (É.-U.)

Valarie cumule plus de 15 années d’expérience dans la prestation d’un savoir-faire stratégique en cybersécurité à l’échelon opérationnel auprès de divers programmes fédéraux de défense et de sécurité publique. Boursière de la Police Foundation (É.-U.), ses recherches actuelles portent sur l’identification des paramètres humains à partir de séquences filmées grâce à une caméra corporelle, dans le cadre d’un projet conjoint réunissant le service de police du New Jersey et l’académie de West Point. Valarie possède une maîtrise en études sur le terrorisme et fait partie de la NATO Association of Canada, du Cyber Committee de l’Armed Forces Communications and Electronics Association (AFCEA), de l’International Association of Chiefs of Police (É.-U.), de Women in Defence (WIDS) et du Canadian Network for Research on Terrorism, Security and Society.


Cyber-rétrospective et regard sur l’avenir | mercredi 15 novembre à 9h

(Veuillez noter que tous les exposés au Sommet se donneront en anglais)

À ses premiers balbutiements sur le Web 1.0, au son des crépitements et des stridulations des modems, l’Internet pour tous ne laissait pas présager qu’il bouleverserait autant nos vies.

Partant de ce qui n’était, somme toute, qu’un nouveau canal de communication pour devenir la passerelle d’un monde hyper connecté à une foule d’appareils, l’Internet s’est transformé en laboratoire pour ouvrir la porte à des technologies qui ont supprimé les frontières dans le monde des affaires et au sein de la société, et ont autorisé les interactions humaines sur toutes longueurs du spectre, en temps réel. Il y a du bon et du mauvais là-dedans. S’ils ont métamorphosé et bonifié les activités humaines, l’Internet et son cortège de technologies ont aussi engendré leur lot de dangers et de menaces, tout en changeant radicalement le comportement humain. Parce qu’elle a observé et accompagné les innovations les plus transformatrices des trente dernières années, Valarie nous expliquera pourquoi le moment est venu de s’interroger sur l’évolution parallèle du côté sombre d’Internet, sur les répercussions majeures des cybermenaces et sur ce que l’avenir nous réserve.

Michael Geist (Ph. D.)

Chaire de recherche du Canada sur le droit appliqué à Internet et au cybercommerce, Université d’Ottawa

M. Michael Geist enseigne le droit à l’Université d’Ottawa, où il détient la chaire de recherche du Canada en droit appliqué à Internet et au cybercommerce. M. Geist rédige régulièrement une rubrique sur le droit technologique dans le Globe and Mail. Ses travaux ont été couronnés de nombreux prix, notamment le prix Kroeger pour le leadership en politiques et le prix Public Knowledge d’IP3 en 2010, le prix Les Fowlie pour la liberté intellectuelle de l’Ontario Library Association en 2009, le prix Pionnier de l’Electronic Frontier Foundation en 2008 et le prix IWAY en leadership public de CANARIE pour sa contribution au développement d’Internet au Canada. M. Geist a aussi été nommé l’une des 40 personnes de moins de 40 ans à surveiller au Canada en 2003. En 2010, la revue Managing Intellectual Property le plaçait parmi les 50 personnes les plus influentes au monde dans le domaine de la propriété intellectuelle tandis que le magazine Canadian Lawyer l’a hissé au rang des 25 avocats les plus influents du Canada en 2011, 2012 et 2013.

M. Geist siège à de nombreux conseils, notamment le conseil d’administration de l’Institut canadien d’information juridique et le conseil consultatif de l’Electronic Frontier Foundation. Il a été membre du conseil d’administration de CANARIE de 2010 à 2016.


La protection des données numériques au Canada : un environnement dynamique | mardi 14 novembre à 15h45

(Veuillez noter que tous les exposés au Sommet se donneront en anglais)

Depuis longtemps, la loi a du mal à rester dans la foulée des changements qu’engendrent l’Internet et les nouvelles technologies. Des répercussions que le transfert massif de données entre pays a sur la protection des renseignements personnels aux problèmes que pose un réseau planétaire sur le plan juridictionnel, le droit et les politiques peinent à évoluer au « rythme de l’Internet ». Pourtant, en dépit de ces difficultés, politiciens et décideurs se retrouvent de plus en plus au cœur de la polémique entourant les politiques nouvelles. On leur demande d’établir un équilibre entre la protection des renseignements personnels et la surveillance, de parvenir à un compromis entre les avantages/risques de l’innovation et les perturbations que celle-ci entraîne sur le marché, voire à indiquer où les priorités canadiennes se situent dans les politiques numériques. M. Geist examinera les nouveaux enjeux juridiques et politiques en montrant comment les utilisateurs d’Internet pourraient concourir à forger la panoplie de mesures visant à protéger les données numériques personnelles.

Sylvain Martel (Ph. D.)

Directeur du laboratoire de nanorobotique, Polytechnique Montréal

Le professeur Sylvain Martel se situe à la fine pointe de la nanotechnologie. Il crée des machines et des robots avec des pièces de la taille du nanomètre, soit un milliardième de mètre. Œuvrant au carrefour de la technologie et de la médecine, il a conçu de nouvelles plateformes pour exécuter des interventions chirurgicales à distance et des systèmes qui cartographient le cœur. Il a aussi mis au point de nouveaux implants cérébraux capables de décoder l’activité des neurones. On doit à l’équipe de recherche de M. Martel la toute première démonstration durant laquelle on a commandé la navigation d’un objet se mouvant librement dans les vaisseaux sanguins d’un animal vivant. Il pilote une équipe interdisciplinaire de renommée mondiale qui repousse les limites des agents thérapeutiques navigables et des plateformes d’intervention dans la lutte contre le cancer.

Le professeur Martel dirige le laboratoire de nanorobotique à Polytechnique Montréal, est titulaire de la chaire de recherche du Canada de niveau 1 en nanorobotique médicale, est membre de l’Académie canadienne du génie et est président du comité technique de l’IEEE sur la micro-nanorobotique et l’automatisation.


Les champs magnétiques et les bactéries : une percée canadienne dans la lutte contre le cancer | mecredi le 15 novembre à 11h15

(Veuillez noter que tous les exposés au Sommet se donneront en anglais)

On peut dorénavant se servir du champ magnétique engendré par une plateforme spéciale à l’échelle humaine pour transformer une bactérie donnée en nanorobot commandé par ordinateur qui ira détruire les cellules cancéreuses. Des escadrons de centaines de millions de ces bactéries, armées d’agents thérapeutiques spécialisés, seront enrôlés pour combattre le cancer. Ils s’enfonceront profondément dans les tumeurs pour y dénicher les cellules actives et les décimer en diffusant des médicaments à des endroits stratégiques, là où ils auront le plus d’effets sans pour autant devenir toxiques. Puisqu’on estime que l’administration des médicaments demeure l’un des principaux obstacles à l’obtention d’un effet optimal de la thérapie, cette approche pourrait révolutionner la majorité des traitements contre le cancer.v

Michele Mosca (Ph.D.)

Professeur, Institute for Quantum Computing, et cofondateur, evolutionQ

Michele Mosca a fondé l’Insitute for Quantum Computing (IQC), à l’Université de Waterloo, où il enseigne au département d’informatique combinatoire et d’optimisation de la faculté de mathématiques. Il fait aussi partie des membres fondateurs de l’Institut Périmètre de physique théorique de Waterloo et est cofondateur ainsi que directeur de CryptoWorks21, un programme de formation en cryptographie quantique sécurisée. Enfin, il a lancé le cours d’été en cryptographie quantique pour jeunes scientifiques à l’IQC.

M. Mosca est l’instigateur de la série d’ateliers ETSI-IQC sur la cryptographie quantique sécurisée qui rassemble de nombreuses parties prenantes souhaitant mettre en place un système de cryptographie quantique sûr et normalisé à l’échelle de la planète. Il est cofondateur d’evolutionQ Inc., entreprise qui dispense des produits et des services aux organisations pour les aider à sécuriser leurs systèmes et leurs pratiques quantiques en les perfectionnant.

En 1999, il a obtenu un doctorat en mathématiques de l’Université d’Oxford sur le thème des algorithmes en informatique quantique.

Parmi les sujets qui l’intéressent, mentionnons le calcul quantique, les outils de cryptographie assurant une protection contre les technologies quantiques ainsi que les logiciels destinés aux systèmes de traitement de l’information quantique.

Les travaux de M. Mosca sont publiés dans les périodiques les plus prestigieux et il a écrit avec d’autres le très connu traité « An Introduction to Quantum Computing » (OUP). M Mosca a reçu de nombreux prix et honneurs universitaires. Ainsi, il a été classé parmi les « Top 40 Under 40 » en 2010, a obtenu le prix d’excellence en recherche du premier ministre de l’Ontario (2000-2005), est membre de l’Institut canadien de recherches avancées (ICRA) depuis 2010, a été titulaire de la chaire de recherche du Canada en calcul quantique (2002-2012), dirige une chaire de recherche à l’Université de Waterloo (depuis 2012) et a reçu la médaille du jubilé de diamant de la reine Elizabeth II (2013) ainsi que le prix Fr. Norm Choate C.R. pour l’ensemble de sa carrière (2017).


Les communications et la sécurité à l’ère quantique | mardi le 14 novembre à 13h30

(Veuillez noter que tous les exposés au Sommet se donneront en anglais)

Une nouvelle ère débute où des technologies naissantes commencent à recourir à la mécanique quantique pour effectuer des tâches qu’on croyait irréalisables, voire impossibles, jusqu’ici. D’extraordinaires possibilités dans les domaines des communications, de la détection et de l’informatique se dessinent déjà à l’horizon. Cependant, les ordinateurs quantiques ébranleront les bases mêmes des méthodes actuelles en cybersécurité. De nombreuses années s’écouleront avant que les systèmes existants soient assez résilients pour résister aux attaques quantiques. Le professeur Mosca parlera des possibilités et des difficultés que laisse entrevoir l’avènement de cette ère quantique.

Ray Sharma

Fondateur et chef de direction, Extreme Venture Partners (EVP)

Ray Sharma a fondé Extreme Venture Partners (EVP) dont il assume la direction générale. Entreprise spécialisée dans le capital de développement, EVP compte plusieurs réalisations uniques à son actif et un rendement exceptionnel sur ses investissements. EVP jumelle son fonds d’investissement à des organismes de développement afin d’accroître le rendement de ses investissements et de garantir une diligence raisonnable. Parmi les organismes de développement avec lesquels elle fait affaire figurent Extreme Innovations, un développeur spécialisé dans les services pour entreprises qui démarrent, Extreme Accelerator, un accélérateur qui cherche à attirer les jeunes entreprises de l’étranger à Toronto, et Xtreme Labs, le plus grand développeur d’applications mobiles du Canada (au moment de son acquisition). En plus de ses fonctions chez EVP, M. Sharma fait partie du Conseil de la magistrature de l’Ontario, est fiduciaire du Musée royal de l’Ontario, membre du Conseil national de l’Institut CD Howe, ainsi que fondateur et directeur de plusieurs marathons nationaux de piratage comme le Great Canadian Appathon, la Canadian Open Data Experience (CODE) et Hackergals.


La 5G et son impact sur les applications | mardi 14 novembre à 14h30

(Veuillez noter que tous les exposés au Sommet se donneront en anglais)

Les réseaux cellulaires de la cinquième génération sont censés catalyser la prochaine révolution des technologies mobiles car, avec un débit élevé en giga-octets, ils paveront la voie à l’innovation. Cependant, la rapidité n’est pas tout. Quoique cent fois plus rapides que leurs prédécesseurs, les réseaux 5G entraîneront aussi une diminution appréciable de la latence. Combinés, ces progrès sortiront la création des logiciels, l’expérience vécue par l’utilisateur et les applications de leur statu quo. Entrepreneur chevronné pour qui le capital de risque n’a plus de secrets, M. Sharma expliquera comment les réseaux 5G changeront notre itinérance et occuperont une place déterminante dans les décisions stratégiques prises par les sociétés de capital de risque du Canada et du reste de la planète en matière d’investissements.

Roni Zehavi

Chef de direction, CyberSpark

Roni Zehavi est le chef de direction de CyberSpark, l’initiative industrielle lancée pour faire progresser la recherche-développement sur les cybersolutions dans la région de Beer-Sheva, en Israël. Il cumule plus de dix années de réussites confirmées dans le domaine des entreprises de haute technologie, intégrant les techniques les plus avant-gardistes, dans toutes les disciplines, pour les transformer en produits commercialisables. À son actif, du côté de l’expérience, figure la concrétisation d’idées et leur exploitation sur le marché par le biais du développement.

Sa dernière entreprise, « To-Be-Education », consiste en une plateforme avec laquelle les enseignants et les étudiants peuvent télécharger du contenu qui sera transformé en jeux d’apprentissage articulés sur le dilemme, pour de multiples utilisateurs, ce qui concourra à la genèse de communautés mondiales d’apprenants.

Pilote d’essai chevronné de l’ETPS, au R.-U., et ingénieur en aéronautique pour le Technion, institut de technologie d’Israël, M. Zehavi est un expert renommé dans le milieu de l’aviation, dont il connaît bien les facettes opérationnelle, méthodologique et technique. En 2004, M. Zehavi a fondé Rontal Applications, un important fournisseur d’applications 3D pour les simulations et les systèmes de commande en temps réel. Sous sa direction, l’entreprise a obtenu d’excellents résultats avant d’être rachetée par une société américaine.


La cybersécurité, ferment de la recherche et de l’innovation | mercredi 15 novembre à 13h30

(Veuillez noter que tous les exposés au Sommet se donneront en anglais)

Partout sur le globe, des écosystèmes rassemblant les établissements d’enseignement supérieur, l’industrie et les administrations publiques réagissent aux menaces qui émanent du cyberespace tout en saisissant les possibilités de développement économique. M. Zehavi examinera la façon dont l’« écosystème », concept en vertu duquel les éléments d’un tout agissent de manière cohérente, comme une entité unique, engendre des conditions propices à l’innovation et à la motivation, et incite les entrepreneurs ainsi que les exploitants du monde entier à briller par leurs idées et leurs créations collectives, donc à mettre en place la trame multidisciplinaire du mode de vie contemporain.

Programme

Veuillez noter : le Sommet national de CANARIE se déroulera en anglais.

Les séances ainsi que les repas et le réseautage auront tous lieu à l’hôtel Westin.

novembre 14, 2017
8:30 – 9:30 AM

Inscription et petit-déjeuner

9:30 – 9:45 AM

Allocution d’ouverture

Jim Ghadbane
Président et chef de direction, CANARIE

Kathryn Anthonisen
Vice-présidente, Relations extérieures, CANARIE

9:45 – 10:45 AM

Discours liminaire : Les super cellules : partenaires en conception

Nina Tandon (Ph. D.)
Chef de direction et cofondatrice, EpiBone, membre d’élite de TED

10:45 – 11:15 AM

Pause et réseautage

11:15 AM – Noon

La science publique s’ennuage

Jean Luc Bérubé (Ph.D.)
Président, Centre de recherches sur les communications Canada

Noon – 1:30 PM

Repas et réseautage

1:30 – 2:30 PM

Les communications et la sécurité à l’ère quantique

Michele Mosca (Ph.D.)
Professeur, Institute of Quantum Computing et cofondateur, evolutionQ

2:30 – 3:15 PM

La 5G et ses répercussions sur les applications

Ray Sharma
Fondateur et chef de direction, Extreme Venture Partners (EVP)

3:15 – 3:45 PM

Pause et réseautage

3:45 – 4:45 PM

La protection des données numériques au Canada : un environnement dynamique

Michael Geist (Ph. D.)
Chaire de recherche du Canada sur le droit appliqué à Internet et au cybercommerce, Université d’Ottawa

5:00 – 7:00 PM

Réception de CANARIE

Daly’s Restaurant, Hôtel Westin

novembre 15, 2017
8:00 – 9:00 AM

Inscription et petit-déjeuner

9:00 – 10:00 AM

Cyber-rétrospective et regard sur l’avenir

Valarie Findlay
Boursière en recherche, Police Foundation

10:00 – 10:45 AM

L’identité numérique : le fondement de notre économie numérique

Joni Brennan
Présidente, Digital ID & Authentication Council of Canada (DIACC)

10:45 – 11:15 AM

Pause et réseautage

11:15 AM – Noon

Les champs magnétiques et les bactéries : une percée canadienne dans la lutte contre le cancer

Sylvain Martel (Ph.D.)
Directeur du laboratoire de nanorobotique, Polytechnique Montréal

Noon – 1:30 PM

Déjeuner et réseautage

Consultation de CANARIE (discussion libre avec les cadres supérieurs de CANARIE)

1:30 – 2:30 PM

La cybersécurité alimente la recherche et l’innovation

Roni Zehavi
Chef de direction, CyberSpark

2:30 – 3:00 PM

Allocution de clôture

Jim Ghadbane
Président et chef de direction, CANARIE

Inscription

Les droits sont en devises canadiennes et sont visés par la TVH. Ils incluent tous les repas servis sur les lieux durant le Sommet.

 Membres de CANARIE*Autres
Pré-inscription (avant le 24 septembre)$299$349
Tarif normal (le 25 septembre à 11 novembre 2017)$349$399
Inscription tardif (le 12 novembre et suite)$449$499

*Mon organisation est-elle membre de CANARIE?

Inscrivez-vous maintenant

Parrains

Les commanditaires du Sommet de CANARIE accroissent leur visibilité auprès des chercheurs, des enseignants et des innovateurs canadiens et multiplient les occasions de collaborer avec eux grâce à des séances de réseautage prolongées et à d’autres moyens incluant la promotion de leur marque, une exposition et la présentation des conférenciers.

Le Sommet national de 2016 nous a montré comment naviguer sur un avenir de données. Ses diverses sessions nous ont appris comment les données ouvertes changent la façon d’approcher les flambées de maladie dans le monde, de quelle manière l’art complète les données scientifiques et quelles retombées l’évolution d’Internet aura sur les politiques et la société. Ceux qui y ont assisté s’en sont dit extrêmement satisfaits en lui attribuant une note de 90 %. Une majorité écrasante de participants ont affirmé qu’ils recommanderaient le Sommet à leurs collègues.

Description de l’assistance

Déplacements et Hébergement

L’Hôtel Andaz

325, rue Dalhousie

Hébergement

Veuillez noter qu’en raison des activités entourant le 150e anniversaire du Canada, à Ottawa, les chambres s’envolent vite même si leur tarif est plus élevé qu’à l’ordinaire.

**Les chambres retenues par CANARIE ont toutes été réservées, mais d’autres sont disponibles.**

L’Andaz Ottawa ByWard Market est un hôtel urbain contemporain situé en plein cœur de la capitale du Canada. Explorez le quartier artistique de ByWard Market, ses boutiques, ses restaurants, ses marchés en plein air et ses avenues chargées d’histoire.

Réserver en ligne: Réservations

Westin Ottawa

11, promenade Colonel By

**Les chambres retenues par CANARIE ont toutes été réservées, mais d’autres sont disponibles.**

L’hôtel Westin est un établissement quatre étoiles situé en plein cœur d’Ottawa, sur le célèbre canal Rideau. Ses chambres offrent une vue imprenable sur la colline du Parlement et le magnifique paysage qui lui sert d’écrin. Les chambres et les suites spacieuses sont décorées avec goût et disposent de toutes les commodités de la vie moderne.

Réserver en ligne: Réservations

Se rendre à Ottawa

Canada 150

Ottawa est L’ENDROIT par excellence à visiter en 2017! En effet, le Canada célèbre le 150anniversaire de sa confédération et les Canadiens convergeront vers la capitale pour se mêler à ses habitants et participer à une année entière de festivités, y compris des expériences inoubliables par leur démesure, leur audace et leur effet d’immersion. Prolongez votre séjour et découvrez les événements signature du 150e anniversaire du Canada.

Où manger?

Ottawa a assez de restaurants pour satisfaire tous les palais, même les plus délicats. Voyagez avec les saveurs du globe en explorant les environs dans cette ville cosmopolite. L’hôtel Westin, où se déroulera le Sommet, n’est qu’à quelques pas du Parlement et de la multitude de restaurants qui émaillent le célèbre marché Byward.

Aéroport international d’Ottawa

Visitez le site Web de l’aéroport international d’Ottawa pour vous renseigner sur les vols et la location d’une voiture. D’autres moyens de transport sont également disponibles pour se rendre de l’aérogare au centre-ville d’Ottawa (autobus, taxi, limousine, Uber).

VIA Rail

VIA Rail assure un service quotidien entre la plupart des villes canadiennes et Ottawa. La gare centrale d’Ottawa est à une courte distance du centre-ville, en autobus ou en taxi.

Transports en commun

OC Transpo propose des services complets de transport en commun à près d’un million d’habitants d’Ottawa. Les autobus d’OC Transpo permettent de se rendre aisément à l’hôtel Westin Ottawa, de l’aéroport ou de la gare centrale.

Contacter

Renseignements d’inscription

Communiquez avec registration@canarie.ca ou par téléphone 1-613-680-6950.

Westin Ottawa

11, promenade Colonel By

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.