Accueil » Communiqués de presse » Extension et renforcement de l’indispensable infrastructure numérique canadienne pour alimenter la découverte et l’innovation en sciences

Nouvelles

Extension et renforcement de l’indispensable infrastructure numérique canadienne pour alimenter la découverte et l’innovation en sciences

Posted
on 9 November, 2015

[Ottawa, ON]

CANARIE et ses partenaires provinciaux du Réseau national de la recherche et de l’éducation (RNRE) du Canada ont dévoilé aujourd’hui les résultats de leur collaboration en vue d’élargir la portée et la capacité de ce puissant instrument numérique. Le RNRE canadien n’est rien moins qu’un réseau à fibres optiques ultrarapide qui raccorde près de 2 000 institutions du pays entre elles et avec des établissements similaires de la planète. Ce réseau permet aux Canadiens de participer aux projets de calibre mondial en recherche et en innovation, les jeux de données numériques volumineux désormais si courants dans les secteurs de pointe nécessitant la capacité particulière d’un réseau comme le RNRE.

Le RNRE canadien est le fruit d’un partenariat fédéral-provincial et sa régie, son fonctionnement de même que son financement reposent sur un modèle qui mise énormément sur la coopération. En vertu de ce modèle, les partenaires veillent à ce que le réseau poursuive son évolution de façon à répondre aux besoins changeants des milieux actuels de la recherche, de l’éducation et de l’innovation, où l’exploitation massive des données et une intime collaboration sont désormais la norme. CANARIE assure la connectivité aux niveaux interprovincial et international, alors que les réseaux provinciaux et territoriaux relient les institutions sur leur territoire.

Grâce à l’aide financière dispensée par CANARIE durant son mandat de 2012–2015, le RNRE a pu être prolongé et on y a raccordé de nouvelles institutions. On en a aussi accru la capacité et la redondance, ce qui a renforcé les fondations sur lesquelles s’appuient les pionniers canadiens du numérique.

« Les sommes injectées dans l’infrastructure numérique nationale du RNRE ont permis à l’Université de Calgary de porter le débit de sa connexion jusqu’à 250 Gbps », a déclaré Edward McCauley, vice-président à la recherche de l’établissement. « Il s’agit d’une réalisation capitale pour nos employés et nos étudiants qui poursuivent des projets de recherche sur des jeux volumineux de données dans une multitude de domaines. Ces chercheurs et scientifiques comptent sur la puissance du RNRE pour accéder aux résultats de leurs homologues du monde entier et partager les leurs avec eux. »

Voici un aperçu des nombreux projets réalisés au cours des trois dernières années.

  • En Colombie-Britannique, CANARIE s’est associé à BCNET pour raccorder au réseau l’Université de l’île Vancouver, l’Université polytechnique Kwantlen, l’Université de la vallée du Fraser et le Vancouver Community College. Le B.C. Children’s and Women’s Hospital et l’Université de la Colombie-Britannique ont aussi profité de l’aide financière de CANARIE pour mettre en place un réseau redondant ultrarapide et d’une grande disponibilité entre les deux institutions en vue de prévenir les pannes éventuelles.
  • En Alberta, CANARIE et son partenaire du RNRE Cybera ont financé dix projets ayant pour but d’augmenter la capacité du réseau dans les centres urbains de la province et de renforcer la connectivité entre ces régions. Consécutivement à ces travaux, plusieurs institutions de l’Alberta ont établi des connexions d’une fiabilité et d’une rapidité qu’il aurait été impossible d’atteindre dans d’autres circonstances. Parallèlement, les innovateurs albertains ont obtenu la largeur de bande dont ils ont besoin pour entreprendre des projets qui exploitent des données extrêmement volumineuses.
  • En Saskatchewan, CANARIE s’est allié à SRNET pour multiplier les possibilités au niveau des études postsecondaires poursuivies à distance dans le nord de la province. En finançant conjointement l’extension du réseau de fibres de SRNET dans une communauté nordique voisine, les partenaires ont ouvert la porte à de meilleurs programmes d’enseignement et de recherche en sciences infirmières et dans les mines (recherche et formation). Outre ses retombées économiques pour la région et la province, le projet a sensiblement augmenté la capacité des étudiants à acquérir les compétences requises pour entamer une brillante carrière locale, sans qu’ils aient à trop s’éloigner de chez eux.
  • Au Manitoba, CANARIE et MRnet ont collaboré à divers projets qui avaient pour objectif d’accélérer le réseau et d’en garantir la redondance sur sa partie principale, dans la province. Ces progrès appuient les membres de MRnet et resserrent les liens du réseau provincial avec Merlin, l’agence gouvernementale qui dispense de son aide au secteur de l’éducation dans le domaine des technologies de l’information. La rapidité accrue du réseau favorisera les projets de services partagés entrepris par Merlin, ce qui aboutira à des économies appréciables et pavera la voie à l’aménagement de nouvelles installations à valeur ajoutée pour les membres de MRnet.
  • En Ontario, CANARIE s’est associé à ORION pour offrir un service plus fiable et plus résilient aux 18 membres régionaux de GTAnet, des institutions à qui l’on doit des milliards de dollars en recherche et en activités économiques. ORION a également profité de l’aide financière de CANARIE pour implanter de nouveaux points de présence essentiels à Kingston et dans la région d’York, ce qui a permis à des milliers de chercheurs, surtout ceux qui recourent aux centres de calcul de pointe, de profiter de capacités supérieures, tout en appuyant les jeunes entreprises en santé numérique et en facilitant le développement économique des municipalités.
  • Au Québec, CANARIE et le RISQ, son partenaire du RNRE, ont remplacé la totalité de l’équipement de la dorsale provinciale. Cette réfection majeure permettra d’augmenter la capacité du réseau et donnera au RISQ la chance de déployer son premier service à débit de 100 gigabits par seconde dans la région de Montréal, ce qui multipliera les possibilités à la fois pour le réseau provincial et pour ses membres.
  • Au Nouveau-Brunswick, CANARIE et le New Brunswick Research and Education Network (NBREN) se sont associés pour bâtir un nouveau réseau optique dans la province. CANARIE a tiré parti des installations existantes du NBREN, quand elles étaient disponibles, et le NBREN se sert du nouveau réseau érigé par CANARIE pour tracer une route plus directe vers le nord de la province, augmentant de ce fait la capacité et la fiabilité de son service pour les chercheurs et les enseignants de sept campus.
  • En Nouvelle-Écosse, CANARIE et son partenaire ACORN-NS ont coopéré à sept projets visant à rehausser la capacité et la redondance du réseau pour les universités et les collèges communautaires, à faciliter la recherche et à aménager un nouveau centre mondial d’analyse des méga jeux de données. La plus grande capacité et la meilleure redondance du réseau signifient aussi un débit supérieur pour les chercheurs qui recourent aux services de calcul de pointe répartis offerts par ACENET.

« Les infrastructures numériques comme celle du RNRE concourent au développement d’une vigoureuse économie numérique, car les chercheurs, les éducateurs et les innovateurs peuvent alors accéder à des données et à des outils très répartis en vue de les exploiter », explique Jim Ghadbane, président et chef de direction de CANARIE. « De concert avec nos partenaires provinciaux et territoriaux du réseau, nous continuerons de faire progresser le RNRE du Canada afin que les Canadiens prennent les devants dans l’enrichissement du savoir et la création de nouveaux produits et procédés. »

Renseignements

Ela Ienzi
Gestionnaire, communications
CANARIE
(613) 943-5432
ela.ienzi@canarie.ca

À propos de CANARIE

CANARIE conçoit et déploie l’infrastructure numérique des milieux canadiens de la recherche, de l’éducation et de l’innovation, et en pilote l’adoption. Grâce à lui, le Canada demeure à la fine pointe de la recherche et de l’innovation dans le numérique, ce qui garantit la vigueur de son économie numérique.

CANARIE veille à l’évolution du réseau national ultrarapide qui facilite les recherches faisant un usage massif des données aux frontières de la science ainsi que les méga projets scientifiques entrepris au Canada et ailleurs dans le monde. Un million de chercheurs, de scientifiques et d’étudiants dans près de 2 000 institutions canadiennes incluant des universités, des collèges, des instituts de recherche, des hôpitaux et des laboratoires gouvernementaux ont accès au réseau CANARIE.

CANARIE voit aussi au développement de logiciels de recherche avec lesquels les scientifiques accèdent plus vite et plus facilement aux données expérimentales, à leurs instruments et à leurs

homologues. Enfin, CANARIE dispense des services d’infonuagique aux jeunes entreprises du secteur canadien des technologies de l’information et des communications pour les aider à développer plus vite leurs produits, et raccorde une puissante toile de partenaires des secteurs public et privé au Centre of Excellence for Next Generation Networks (CENGN).

Ensemble, CANARIE et les douze réseaux provinciaux et territoriaux qui sont ses partenaires forment le Réseau national de recherche et d’éducation (RNRE) du Canada. Grâce à cette formidable infrastructure numérique, les Canadiens disposent d’une connexion nationale et mondiale leur donnant accès aux données, aux outils, aux collègues et aux salles de classe de la planète qui alimentent l’innovation dans l’économie numérique contemporaine.

Fondé en 1993, CANARIE est une société sans but lucratif dont les programmes et les activités bénéficient d’une importante aide financière du gouvernement du Canada.